Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Fai Forminyem : "La vente de médicaments dans la rue pose problème", Fai Forminyem, président de l’association camerounaise des tradi-praticiens de santé - 11/04/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Quels sont les problèmes qui minent la pratique de la médecine traditionnelle au Cameroun ?

Actuellement, le vrai problème c’est la loi organisant la pratique de la médecine traditionnelle au Cameroun. Tous les problèmes que nous avons, le charlatanisme par exemple, sont nés parce que nous n’avons pas de loi. La loi sur la liberté d’association ne prend pas en compte les médecins traditionnels. Et le désordre vient de ce que certains tradi-praticiens se réunissent en association, et obtiennent une autorisation, ce qui sème le trouble. Nous avons radié plusieurs tradi-praticiens et ceux-ci sont allés s’enregistrer dans les préfectures comme association.

Tout de même, c’est un secteur gangrené par des brebis galeuses, avec des limites diverses dans la conservation des médicaments, etc.

Nos ancêtres conservaient leurs médicaments dans les calebasses, ce qui est une bonne méthode. Ici, il faut regarder le contenu et non le contenant. Il n’y a pas un seul guérisseur qui peut donner une marmite au lieu d’une bouteille de médicament. Le dosage du vrai guérisseur ne se discute pas. Le dosage avait toujours existé. On peut s’inspirer de la médecine moderne. Les tradi-praticiens de santé sont autorisés à pratiquer la médecine dans leur domicile. Mais le fait de mettre les médicaments dans les bouteilles et les vendre dans la rue pose problème. La fermentation des remèdes doit pousser aussi à avoir une dose standard. L’assainissement du milieu ne peut se faire lorsqu’il n’y a pas de loi. Ce que nous proposons pour l’instant, c’est que les responsables municipaux prennent leur responsabilité en combattant cette façon de travailler de certains charlatans. La loi de la commune devrait permettre de les chasser. Mais moi, président de l’association, je n’ai pas le droit de le faire. Mais s’il y a une loi organisant la profession de tradi-praticien, nous allons nous y appuyer et avec l’aide des forces de l’ordre, nous pourrons sévir.

Où en êtes-vous avec cette loi ?

Nous progressons tant bien que mal, en collaboration avec les responsables du Minsanté, à qui je rends un vibrant hommage pour ce qui est en train d’être fait. L’avant projet de loi a été présenté la semaine dernière à Yaoundé et nous avons bon espoir qu’il sera adopté dans les prochains mois. Nous comptons sur les autorités en place pour faire avancer les choses

Comment envisagez-vous la collaboration avec la médecine moderne ?

Je suis convaincu que nous allons dans le bon sens. Elle avance tant bien que mal. Nous sommes en train de faire savoir aux jeunes médecins qui sortent des écoles que la médecine traditionnelle avait existé au moment de nos parents. Nos grands-parents n’étaient pas nés dans les centres de santé, par exemple. Et ils apprécient car auparavant, c’était un problème d’ignorance. Si l’OMS reconnaît que 80% de la population consulte les médecins traditionnels, c’est normal d’admettre l’importance de la médecine traditionnelle.

Propos recueillis par Alain TCHAKOUNTE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !