Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le chikungunya existe au Cameroun - 05/04/2007 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé publique l’a reconnu en marge de la réunion à Douala avec ses pairs de la sous région. C’est le ministre centrafricain de la Santé publique, Dr Lala Konamna, qui a d’abord évoqué la présence du virus du chikungunya dans l’environnement de certains Etats de l’Afrique centrale. A sa suite, Urbain Olanguena Awono a voulu rassurer les uns et les autres sur les efforts du gouvernement dans la lutte pour éviter toute contamination humaine. " Le virus existe bel et bien dans notre environnement.

Nous sommes d’ailleurs en contact avec le Centre Pasteur pour les études pour pouvoir le neutraliser", a déclaré le ministre camerounais de la Santé publique. Au cours d’un point de presse, mardi dernier, 03 avril, le sujet n’était pourtant pas à l’ordre du jour de la rencontre ministérielle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) sur le partenariat "Faire reculer le paludisme". Le chikungunya est donc tombé comme un cheveu dans la soupe au menu des débats des huit ministres présents à Douala.

Isolé à partir d’un prélèvement sanguin effectué le 22 février 1953 en Tanzanie sur un homme présentant fièvre et arthralgie, le chikungunya n’est donc pas une maladie nouvelle. Il est responsable d'affection sévissant sous forme endémique en zones rurales d'Afrique sub-tropicale, et sous forme épidémique au sein des populations non vaccinées, en particulier urbaines. D’après les informations de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), deux souches de chikungunya existent dans le monde. L’une asiatique, l’autre africaine. Cette dernière forme est aussi connue depuis 2004 dans l’Océan indien, notamment à La Réunion avec plus de 5000 cas officiellement déclarés. Le Nord de Madagascar, Maurice, Les Seychelles et Mayotte ne sont pas épargnés.

Selon les experts, les premiers symptômes de la maladie peuvent faire penser à une crise de paludisme, grippe, leptospirose, ou à une septicémie, une méningite etc. Selon l'Oms, le chikungunya est une maladie dite "dengue-like", c'est à dire qu'elle ressemble beaucoup à la dengue (douleurs musculaires et articulaires, forte fièvre, éruption sur la peau...). La maladie se déclare généralement par une très forte fièvre, parfois au-delà des 40°C, durant environ 3 jours.

Cette fièvre est suivie d'un érythème (éruption de boutons) et de courbatures très douloureuses, ainsi que de vives douleurs des articulations clouant le malade au lit. La transmission directe du virus d'homme à homme n'est pas prouvée. Il n’existe pas de traitement et aucun vaccin n’est finalisé.

En dehors de cette révélation qui peut s’apparenter à une mauvaise nouvelle pour certaines populations, les ministres qui se sont retrouvés pour la première fois autour du paludisme ont été édifiés sur le partenariat Frp. Ils ont réfléchi sur l’élaboration d’un programme de 2ème génération. En prélude au conseil d’administration du partenariat Frp prévu les 10 et 11 mai prochain à Genève en Suisse, les ministres de la sous région, qui seront représentés par Urbain Olanguena Awono et le ministre angolais de la Santé publique, ont aussi été imprégnés des mécanismes innovants de financement. L’harmonisation des schémas thérapeutiques contre le paludisme reste aussi une priorité pour les ministres ayant en charge les questions de santé publique dans la sous région.

Lazare Kolyang

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !