Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

SIDA : Care Cameroun veille dans le Nord - 22/06/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Partenaire du gouvernement, l’organisation mène des opérations de traitement gratuit et de dépistage auprès des prisonniers, hommes en tenue, élèves et étudiants. La lutte contre le VIH/SIDA a franchi un nouveau palier avec la gratuité des ARV décidée depuis le 1er mai dernier par le gouvernement camerounais. Cette décision historique vient s’ajouter à la série des mesures déjà prises par les pouvoirs publics pour faciliter la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Dans le cadre du projet conjoint Minsanté/CNLS/Global Fund 5th Round et Care Health and Health Program, le gouvernement expérimente une nouvelle approche de lutte.

Selon l’approche symptomatique, le personnel traitant ne passe plus par les examens de laboratoire préalables mais se base sur les signes cliniques et symptomatiques. Care and Health qui est l’agent d’exécution de ce projet conjoint travaille dans cinq secteurs : l’administration pénitentiaire, la Défense, le Minesup, le Minesec et la délégation générale à la Sûreté nationale. Dans ces administrations, cette ONG se charge de mener des opérations de dépistage des IST et du VIH/SIDA ainsi que du traitement gratuit des IST. Pour mener à bien son travail, Care and Health a divisé le territoire en trois grandes zones : le Grand Centre (Centre Est et Sud) le Grand Ouest (Ouest, Littoral, Sud-Ouest et Nord-Ouest) et le Grand Nord (Adamaoua-Nord-Extrême-Nord).

La coordination du Grand Nord basée à Garoua a pris son quartier général au Plateau. Installée depuis quelques mois seulement, cette structure que dirige le Dr Zakari Yaou Alhadji a déjà à son actif plusieurs activités menées dans les secteurs partenaires. La première phase des activités a été consacrée à la formation du personnel soignant de ces secteurs partenaires (infirmiers et médecins) et au counselling des groupes et individus pour un changement de comportement. Care and Health a pendant cette période procédé également à la remise des médicaments et des tests de dépistage dans les trois provinces septentrionales. A Ngaoundéré, l’hôpital militaire du CIFAN, l’infirmerie de la prison centrale de Ngaoundéré, l’université de Ngaoundéré et l’inspection médico-scolaire en étaient les bénéficiaires. A Garoua, la générosité de Care and Health s’est manifestée à l’endroit de l’hôpital de la garnison militaire, le centre médico-social de la police et l’infirmerie de la prison centrale. À Maroua, l’infirmerie de la prison centrale de Maroua et l’inspection médico-scolaire n’étaient pas en reste. Dans le cadre de la semaine de la jeunesse, consécutive à la fête de la jeunesse, l’ONG a effectué des campagnes de dépistage gratuit, volontaire et anonyme dans les trois provinces. A l’occasion, 900 personnes ont été dépistées dont deux séropositives.

Care and Heatlh était également présente aux jeux Fenassco et universitaires qui viennent de se dérouler à Ngaoundéré. Aux Jeux de la Fenassco A, elle a dépisté 1006 personnes pour les IST et le VIH/SIDA. 250 personnes ont reçu des traitements gratuits à base d’antibiotiques et les 20 personnes séropositives ont été référées dans les Centres de traitement agréés et les unités de prises en charge de leur région. Aux Jeux universitaires, elle a axé son intervention exclusivement sur le dépistage et le traitement des IST. C’est ainsi que 827 étudiants et encadreurs ont été dépistés. Selon le Dr Zakari Yaou Alhadji, les cas plus récurrents sont l’écoulement vaginal, l’écoulement urétral et les douleurs abdominales basses chez la femme. Les patients reçoivent gratuitement des kits de traitement à base d’antibiotiques. L’ONG annonce pour bientôt la seconde opération d’approvisionnement en médicaments et tests de dépistage des structures partenaires.

Grégoire DJARMAILA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !