Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Andréa Gwé Fontem : "Les vrais tradipraticiens sont ceux qui ont été initiés" - 04/09/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Andréa Gwé Fontem, président exécutif mondial de l’Alliance internationale des tradipratriciens. Quelle différence faites-vous entre les vrais et les faux tradipraticiens ? L’Alliance a pour rôle d’aider à distinguer les vrais tradipraticiens des faux. Dans toutes les professions, il y a des brebis galeuses que nous combattons. Les vrais tradipraticiens sont ceux qui ont été initiés ou qui ont reçu ce don de leurs parents. Au niveau de l’Alliance, nous avons mis sur pied une carte de membre. Et nous faisons des enquêtes avec l’aide de la police pour savoir si vous avez été initié ou si vous l’avez hérité de votre père. Si oui, on cherche à connaître votre spécialité et nous faisons des enquêtes pour savoir si vous traitez réellement cette maladie. Et nous le mentionnons sur votre carte. Les vrais tradi-patriciens sont ceux qui ont été initiés. C’est sur cette base que nous savons que vous êtes réellement un vrai tradipatricien.

Un projet de loi est en préparation pour réglementer le secteur de la médecine traditionnelle. Qu’est-ce que cela peut changer pour les tradipraticiens ?

Les tradipraticiens regardent ce projet comme une merveille. La politique de l’OMS est de protéger la vie du malade. Et tant que les tradipraticiens sont capables de traiter les maladies, ils sont appelés à ne pas contribuer en cachette, mais légalement. Ce texte est le bienvenu pour nous.

Comment pouvez-vous expliquer le fait que les médicaments traditionnels ne soient pas homologués, ne soient pas protégés à l’OAPI ?

J’ai toujours sensibilisé les tradipraticiens pour qu’ils obtiennent un brevet. Ils ont écouté et actuellement, ils essaient de breveter leurs produits. Nous travaillons en collaboration avec l’OAPI, le ministère de la Santé publique et le ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation. Au départ, ils ne comprenaient pas l’importance de cette homologation et nous sommes là pour les aider à s’informer.

En matière de médecine traditionnelle quels sont les progrès qui ont déjà été réalisés ?

L’un des objectifs de l’Alliance est d’amener les tradipraticiens à mener des recherches de plus en plus poussées. Et ces tradipraticiens acceptent déjà de faire avancer des recherches en collaborant avec des instituts mais en faisant attention pour que leurs produits ne soient pas exploités de telle manière qu’ils soient exclus. Ils font sortir leurs produits et les exploitent pour soigner les malades. Le tradipraticien est aussi un chercheur, il compose ses produits pour soigner ses malades.

Propos recueillis par DIDDI Aïssatou

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !