Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Un nouveau médicament contre le paludisme - 10/09/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Coarsucam contient six comprimés et traite la maladie en trois jours. Il a été présenté à la presse vendredi dernier à Douala. Cela fait à peine deux semaines que Radio France Internationale perdait un grand reporter au service Afrique, Boris Fleuranceau, décédé des suites de… paludisme. Une maladie causée par l’anophèle femelle et désignée par l’Organisation mondiale de la santé comme l’une des plus importantes causes de décès en Afrique aux côtés du VIH/SIDA et de la tuberculose. Elle ampute 25% des revenus des ménages en Afrique.

C’est dans le but de renforcer les moyens de lutte contre la maladie que le laboratoire Sanofi Aventis vient de mettre sur pied un nouveau médicament contre le paludisme. Il s’agit du Coarsucam. Le produit a été présenté vendredi dernier lors d’un point de presse à Douala. " Coarsucam est une innovation qui est efficace et bien tolérée, simple, avec une seule prise par jour, et de qualité en matière de développement, de production et de stockage et répondant aux bonnes pratiques de fabrication ", déclare Aboubacar Tio-Touré, directeur des opérations de Sanofi Aventis Afrique centrale. " Coarsucam répond aux exigences des médecins de disposer de traitements efficaces plus facilement observables et de qualité pour leurs patients ", indique pour sa part Fifon Inoussa, coordonnateur médical Afrique centrale. Sanofi-Aventis, qui produit également des médicaments contre le diabète, l’épilepsie et le cancer, a développé cette association en collaboration avec la fondation Dndi (Drugs for neglected diseases initiative) sous forme d’un comprimé bi-couche facile à prendre à raison d’un comprimé par jour pendant trois jours chez l’enfant (jusqu’à 35 kg), et deux comprimés par jour chez l’adolescent (à partir de 36 kg) et l’adulte également pendant trois jours.

Coarsucam est la résultante de l’association artésunate-amodiaquine. Il est facile à diluer dans de l’eau et peut être mélangé à du sucre. Il répond également aux recommandations de l’Oms, émises en 2001 et actualisées en 2006, concernant les associations à base d’artémisine — artemisinin, afin de prévenir le développement de résistances. Coarsucam est disponible en pharmacie sous le nom de marque CoarsucamTM et sera proposé pour les appels d’offres du secteur public et des ONG sous le nom Artésunate-amodiaquine Winthrop. Il s’agit là du cinquième produit que met sur le marché le laboratoire Sanofi-Aventis après la Nivaquine, le Quinimax, le Paluther et l’Arsumax. Coarsucam sera présenté aux experts cette semaine lors d’un symposium qui se tiendra mercredi et jeudi respectivement à Yaoundé et Douala. Le laboratoire Sanofi-Aventis a reçu l’autorisation du ministère de la Santé publique pour lancer ce produit, déjà présent au Gabon, au Congo, en Côte d’Ivoire et à Madagascar depuis avril 2007. Il reste à présenter également à Djibouti, au Rwanda etc. Coarsucam est fabriqué au Maroc, au Sénégal et en Afrique du Sud.

E.V.F.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !