Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dr Dorothy Achu : "Des dérivés efficaces contre le paludisme" - 24/01/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dr Dorothy Achu, chef de section prise en charge des cas au Programme national de lutte contre le paludisme.

Pouvez-vous nous parler des vertus du traitement du paludisme par les dérivés d’artémisinine ?
Les dérivés d’artémisinine sont issus d’une plante qui vient d’Asie. Il est reconnu qu’ils sont très efficaces contre le paludisme. Lorsque nous utilisons cette plante, elle est déjà sous forme de médicament testé et éprouvé. Ses dérivés sont disponibles chez nous. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’ils ont une bonne efficacité chez le malade et leur action est très rapide chez ce dernier. En général, le patient qui suit ce traitement retrouve vite sa santé et on constate que contrairement aux anciens produits utilisés jusque-là, les symptômes de la maladie disparaissent très vite. Mais si les dérivés d’artémisinine sont efficaces pour le moment, ils peuvent perdre de leur valeur avec le temps. C’est pour cela que l’Organisation mondiale de la Santé est en train de recommander de leur associer d’autres médicaments pour protéger les deux molécules contre les résistances, parce que les parasites développent très vite des résistances contre les médicaments antipaludiques.

Est-ce que cette nouvelle combinaison thérapeutique est accessible au plus grand nombre ?
Je peux dire que ce nouveau médicament est présent dans toutes les provinces. Mais pour ce qui est de son accessibilité, beaucoup reste encore à faire, compte tenu de la pauvreté des populations. Le médicament coûte actuellement plus de 1000 FCFA, ce qui est reste hors de portée pour certains ménages. Ce qui nous fait dire que c’est encore inaccessible du point de vue de la santé publique. Toutefois, pour contourner cette difficulté, le ministère de la Santé publique, à travers le Programme national de lutte contre le paludisme cherche donc à obtenir une baisse du coût de ce traitement à travers la subvention du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Le fonds contribue à hauteur de 50% et la partie camerounaise doit supporter les autres 50% du coût de ce médicament.

Les perspectives de cette combinaison de l’OMS face à une éventuelle résistance…
Pour les dérivées d’artémisinine, la résistance du parasite du paludisme est encore nulle et l’expérience des autres produits a montré qu’il faut quand même beaucoup de temps avant que cette résistance ne se développe. L’association des deux molécules limite même déjà l’évolution de la résistance. Je crois que dès que le financement est disponible, le Cameroun aura les fonds. Dès lors il faut acheter le médicament, le stocker, le dispatcher et il faut aussi mener des études pour tester sa tolérance ainsi que son efficacité. Parce que ça peut-être efficace ici et être sans résultat ailleurs. Il va falloir également faire des recherches dans les régions endémiques pour savoir s’il y a des risques que la molécule rencontre de nouvelles résistances. Il va falloir surtout former le personnel à l’utilisation de médicament.
A.E.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !