Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le choléra : le PM prescrit le renforcement de la surveillance - 30/10/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le communiqué publié hier à l’issue du Conseil de cabinet. «Le Premier ministre, chef du Gouvernement, Son Excellence Philémon YANG, a présidé ce jeudi 29 octobre 2009, à partir de 11 h, dans l’immeuble principal abritant ses Services, un important Conseil de Cabinet auquel ont pris part, outre ses proches collaborateurs, les Vice-Premiers Ministres, les Ministres d’Etat, les Ministres, les Ministres Délégués et les Secrétaires d’Etat.

L’ordre du jour comportait deux points, à savoir :

  • 1. un exposé du ministre des Relations extérieures sur « les relations entre les administrations publiques et les missions diplomatiques accréditées au Cameroun » ; et
  • 2. un compte rendu du ministre de la Santé publique sur la «riposte gouvernementale face à l’épidémie de choléra dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord ».

Prenant la parole en premier, le ministre des Relations extérieures a rappelé le rôle déterminant que jouent les ambassades et les représentations des organisations internationales accréditées dans notre pays dans le renforcement des relations d’amitié et de coopération, comme l’atteste l’intensité des échanges entre ces missions et les administrations d’Etat.

Il a indiqué que la conduite de tels rapports, parce qu’elle comporte nécessairement un élément d’extranéité, obéit aux règles de la Convention de Vienne de 1961 et aux usages diplomatiques, qui font du ministre des Relations Extérieures la principale interface entre les administrations nationales et les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

Le ministre a noté que ces principes, partagés dans l’ensemble par les membres du Gouvernement, méritent d’être mieux appropriés par les administrations.

Au terme de cette présentation, le chef du gouvernement a instruit l’ensemble des chefs de département ministériel de veiller au strict respect de l’orthodoxie en la matière en se référant aux Conventions pertinentes et à la réglementation en vigueur dans ce domaine.

La parole est ensuite revenue au ministre de la Santé publique pour son rapport sur « la riposte gouvernementale face à l’épidémie de choléra dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord », d’où il ressort que la propagation de cette maladie est consécutive à des mouvements de personnes avec un pays voisin, où le mal s’était déclaré quelques mois plus tôt.

S’agissant du bilan de l’épidémie, sept districts de santé sur vingt-huit ont été touchés dans l’Extrême-Nord, tandis que dans le Nord, des cas ont été signalés dans sept districts de santé sur quatorze. Au 27 octobre 2009, 407 cas avaient été enregistrés, dont 65 décès, avec un taux de létalité de 16% dans les deux régions. Plus de 60% des décès sont survenus dans les communautés, preuve de l’efficacité de la prise en charge, au demeurant gratuite, dans les formations sanitaires. Le ministre de la Santé Publique a indiqué que l’épidémie en question était en voie d’extinction complète, grâce à la synergie créée entre les autorités sanitaires, administratives, municipales et traditionnelles.

Après s’être félicité des résultats enregistrés dans la riposte contre l’épidémie de choléra dans les régions du Nord et de l’Extrême – Nord, le Premier ministre a rappelé les vertus de la prévention en matière sanitaire, comme dans d’autres domaines, avant de prescrire au ministre de la Santé Publique le renforcement de la surveillance épidémiologique, principalement dans les zones frontalières, avec notamment des mécanismes d’alerte rapide.

Il a en outre demandé au ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation d’instruire les autorités administratives de conduire en permanence des campagnes d’hygiène et de salubrité. Les ministres chargés de l’Education de base et des Enseignements secondaires, ainsi que le ministre de la Communication ont été invités à contribuer aux actions de sensibilisation sur les maladies hydriques et les autres fléaux liés à l’insalubrité.

La séance a été levée à 13h.»

(é) Jules Doret NDONGO

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !