Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Cancer : l’Afrique s’inquiète - 16/11/2009 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Alors que certaines formes de la maladie commencent à disparaître ailleurs, cette partie du monde accumule des chiffres négatifs. «Le cancer en Afrique : la nouvelle réalité ». Tel est le fil conducteur des travaux des scientifiques réunis depuis mardi dernier à Dar es Salaam. C’est à la faveur de la 7e conférence internationale de l’Organisation africaine pour la recherche et l’enseignement sur le cancer(OAREC).

La cérémonie d’ouverture a eu lieu mercredi, sous la présidence de David Mwakiusia, ministre de la Santé et du Bien-être social, représentant personnel du président de la République fédérale de Tanzanie, Jakaya Mshiro Kikwete, parrain de l’OAREC.

D’entrée de jeu, le constat est évident. Le cancer est désormais rampant en Afrique. En effet, environ 600 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année sur le continent. Dans la partie au sud du Sahara, ce sont quelque 530 000, avec une prévalence de 52% chez les femmes. Et actuellement, un décès sur cinq est dû au cancer. Ces chiffres sont même sous- estimés, de nombreux cas n’étant pas conduits à l’hôpital. De plus, alors que dans les pays développés, certaines formes de cancer tendent à disparaître, c’est maintenant que l’Afrique commence à compter les morts y relatifs. Selon le Pr. Serigne Ngueye, président élu de l’OAREC, il s’agit des cancers qu’on peut éviter, notamment le cancer du sein, de l’utérus et de la prostate. Le dépistage tardif et les mythes qui entourent la maladie (sorcellerie entre autres), ne sont pas étrangers à cette situation. Par ailleurs, la lutte et la prévention contre le cancer n’entrent pas de façon prioritaire dans l’agenda des gouvernements africains. C’est pourquoi David Mwakiusia a émis le souhait de voir les Etats s’impliquer davantage pour financer les programmes de contrôle, de prévention et de prise en charge du cancer.

Cependant, l’espoir est encore permis, grâce à la vaccination, entre autres. En effet, le vaccin contre l’hépatite B met par exemple les hommes et les femmes à l’abri du cancer du foie. Quant au vaccin HPV, contre le papillomavirus, il sauve les femmes du cancer de l’utérus (70%), de la vulve (40%) et du vagin (80%). Outre les politiques, les ONG, les communautés, les familles et même les médias ont également leur partition à jouer pour mettre fin au concert funeste du cancer en Afrique. D’ici là, les participants à la conférence ont jusqu’à vendredi pour faire l’état des lieux de la recherche sur les liens entre le cancer et le tabac ou le Vih, les soins palliatifs, etc.

Pour montrer son engagement à soutenir les scientifiques dans le combat, le chef de l’Etat, à peine de retour d’Egypte où il a assisté au sommet Chine Afrique, a fait le déplacement du lieu de la conférence.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !