Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Nécessité d’une synergie d’actions - 26/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Le choléra est devenu l’une des épidémies les plus récurrentes aux cotés de la méningite et de la rougeole ou de la polio dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord. Chaque année, presque à la même période, d’août à octobre, les populations de ces régions font face à cette épidémie dont les causes sont connues. La promiscuité, le manque d’eau courante dans plusieurs localités et l’insalubrité sont les premiers facteurs de la maladie. Les populations s’abreuvent dans des mares et des eaux de ruissellement qui prennent leurs sources au Nigeria voisin. Le brassage des populations dont les mêmes familles se trouvent de part et d’autre d’une frontière particulièrement poreuse rend permanente et inévitable l’épidémie du cholera. Les actions thérapeutiques des seuls services de la santé ne vont pas suffire à enrayer la maladie.

Lire l'article


Choléra : le Minsanté fait la ronde - 26/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

André Mama Fouda a sillonné les localités touchées, du Nord et de l’Extrême Nord la semaine dernière. «Pas de nouvelle, bonne nouvelle », semblait dire le Dr Rebecca Djao, délégué régional de la Santé publique pour l’Extrême-Nord au ministre de la Santé publique lorsque ce dernier quittait la région vendredi dernier au terme d’une visite de deux jours dans la zone touchée par l’épidémie de choléra. Selon le bilan présenté au ministre, 204 cas au total ont été enregistrés, pour 31 décès dans les départements du Mayo-Tsanaga et du Mayo-Sava.

Lire l'article


Avortements : la cote d’alerte - 27/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Pour les spécialistes, la pratique est à l’origine de l’augmentation de la mortalité maternelle au Cameroun. En 2004, le taux de mortalité maternelle au Cameroun était de 420 décès pour 100 000 naissances vivantes. Aujourd’hui, on est passé à 669 décès pour 100 000 naissances vivantes. Et selon le Pr. Robert Leke, coordonnateur régional de la fédération internationale de gynécologie obstétrique (FIGO), ces chiffres sont valables tant au Cameroun que dans l’Afrique centrale et de l’Ouest. « Ceci malgré tous les efforts que les gouvernements et les partenaires font », souligne le Pr. Leke.

Lire l'article


Le Pr. Robert Leke : « On doit enseigner le cycle menstruel » [interview] - 27/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Le Pr. Robert Leke, coordonnateur régional du projet de prévention des avortements à risque. A quoi sert le projet de prévention des avortements à risque en Afrique centrale et de l’Ouest ?

Lire l'article


Déparasitage : les écueils de la campagne nationale - 28/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Une réunion d’évaluation entre responsables du Minsanté, Minedub et Communes s’est tenue hier à Yaoundé. De prime abord, le Pr. Louis-Albert Tchuem Tchuenté dit être satisfait. « La première campagne nationale de déparasitage des enfants en âge scolaire s’est bien déroulée dans l’ensemble du pays. Quatre millions d’individus étaient ciblés et plus de la moitié ont été touchés. » Cependant, selon le secrétaire permanent du Comité national de lutte contre la schistosomiase et les helminthiases intestinaux, « les données de recouvrement sont encore incomplètes.

Lire l'article


Pr. Gervais Ondobo Andze : « Nous enquêtons sur deux nouveaux cas » - 28/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Pr. Gervais Ondobo Andze, directeur de la lutte contre la maladie au ministère de la Santé publique. Quelle est la situation actuelle de la grippe H1N1 dans le monde ?

Lire l'article


Les maladies tropicales dans le viseur - 19/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

La réunion des ministres de la Santé de la sous-région a permis de décrypter les solutions proposées par les experts relatives à ces affections. Selon le ministre de la Santé publique, l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) estime à environ 200.000 le nombre de décès imputables annuellement aux maladies tropicales négligées en Afrique subsaharienne. Ces affections continue-t-il sont également la cause de vingt millions d’invalidités journalières, soit 1,3% de la charge mondiale de morbidité et de traumatisme.

Lire l'article


Douala : la couverture sanitaire insuffisante ; L’hôpital gynéco-obstétrique va apporter un plus - 19/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

La ville de Douala aura bientôt son hôpital gynéco-obstétrique. Une convention vient d’être signée pour la construction de cet hôpital de reférence. L’hôpital gynéco-obstétrique fera à coup sûr la fierté de la ville. Plus important encore, il pourra aider à décongestionner les autres hôpitaux extrêmement sollicités. Ce qui selon le Dr Noël Essomba, coordonnateur du groupe technique régional de lutte contre le sida pour le Littoral pose souvent un problème de la qualité de prise en charge et d’accueil des malades. « L’hôpital Laquintinie ne possède que 740 lits et l’hôpital général près de 300 », dit-il. A Laquintinie par exemple, le corps médical est toujours débordé. Le personnel médical manque cruellement.

Lire l'article


Une coopération médicale exemplaire - 19/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Sept ans après l’inauguration de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Ngousso à Yaoundé le 28 mars 2002, une formation hospitalière de même type se dessine déjà à Douala. C’est en tout cas ce que l’on peut retenir de la cérémonie de signature du contrat d’exécution du projet de construction de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala, cérémonie qui a eu lieu vendredi dernier à Yaoundé entre notre ministre de la Santé publique André Mama Fouda et l’ambassadeur de Chine au Cameroun Huang Changqing. Selon toute vraisemblance, le futur hôpital ressemblera comme un frère jumeau à celui de Yaoundé. Il sera un peu plus imposant et coûtera nettement plus cher : 9, 5 milliards de f.cfa contre cinq milliards pour celui de Yaoundé ; la capacité de lits est presque la même (300 à Douala contre 243 à Yaoundé).

Lire l'article


Narcisse Nwedjiwe Nana : « Un problème de maintenance du matériel » - 02/10/2009 - Cameroon tribune - Cameroun

Narcisse Nwedjiwe Nana, ingénieur médico-sanitaire de l’imagerie médicale, explique. Quels sont les avantages de l’imagerie médicale dans le suivi néonatal ?

Lire l'article


Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !