Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Mommy's book - Le carnet de santé digital de vos enfants

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

« Chacun d'entre nous a mal à la tête au moins une fois au cours de l'année. Il peut prendre différentes formes et durer de quelques heures à quelques jours. Les maux de tête les plus fréquents sont les céphalées de tension et la migraine. Les femmes ont plus souvent mal à la tête que les hommes. Les causes des maux de tête sont généralement sans gravité mais peuvent plus rarement être un symptôme d'une autre maladie plus sérieuse. »

Quels sont mes symptômes ?

Comment soulager ma douleur ?

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique pour savoir comment :

  • Identifier le mal en fonction de vos symptômes ;
  • vous soulager efficacement et rapidement ;
  • diminuer les risques de le subir à l'avenir.

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Vers intestinaux : Des traitements plus efficaces à moindre coût - 02/10/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Le Comité national de lutte contre la maladie réuni hier à Yaoundé redonne l’espoir. Malgré les efforts déployés par les gouvernements de l’Afrique sub-saharienne et les organismes internationaux, la schistosomiase et les helminthiases intestinales demeurent un problème de santé publique dans les pays en développement. Pour faire le point sur les activités de recherche et les dernières avancées dans le domaine, le Comité national de lutte contre la schistosomiase et les helminthiases intestinales et le projet « Contrast » ont tenu hier à Yaoundé, leur deuxième réunion annuelle. L’on a d’ailleurs à cette occasion souligné les avancées comme l’amélioration de la chimiothérapie en terme d’efficacité et d’accessibilité.

Lire l'article


Recherche : Sida et hépatites virales au microscope - 27/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Les deuxièmes Journées scientifiques de recherche sur ces maladies se tiennent depuis mardi à Yaoundé. «Plus de cinq millions de personnes sont atteintes de Sida chaque année, les chiffres sont alarmants. Raison de plus pour ne pas arrêter les recherches sur la pandémie ». Extrait de la déclaration faite avant-hier par le directeur général de la branche internationale de l’Agence nationale de recherche sur le Sida et les hépatites B et C, Jean François Delfraissy. C’était à l’ouverture des deuxièmes journées scientifiques sur le Sida et les hépatites virales. En organisant les présents travaux, l’ANRS se fixe pour objectif de trouver les voies et moyens de vulgariser les activités de cette structure. « Beaucoup reste encore à faire, malgré les progrès réalisés en matière de recherche sur l’évolution de la maladie », a affirmé André Mama Fouda, le ministre de la Santé publique qui présidait l’ouverture des travaux.

Lire l'article


Des astuces pour prévenir les AVCS : La semaine camerounaise du cœur a été lancée mardi dernier à Douala - 27/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et l’infarctus du myocarde (crise cardiaque) constituent la première cause de décès dans le monde après le Sida, la tuberculose et le paludisme. Les chiffres sont révélateurs : 17,5 millions de personnes meurent par an dans le monde du fait des AVC, dont 2/3 dans les pays en voie de développement. Le Zimbabwe et le Nigeria sont les pays africains les plus touchés par les Avc. Au Cameroun, quatre millions de personnes souffrent des AVC. A AES-Sonel, 31,5% de personnes sont victimes d’AVC par an et 71% d’employés de cette structure présentent des facteurs de risques aux AVC.

Lire l'article


Prise en charge des prématurés : Le programme kangourou s’exporte - 26/09/2007 - La nouvelle expression - Cameroun

Une équipe de spécialistes maliens se forme depuis le 10 septembre, au centre pilote de Douala. Logé dans l’enceinte de l’hôpital Laquintinie. L’équipe composé de deux pédiatres, les docteurs Djibril Kassogue et Bengaly Hawa Diall, une sage-femme, Mme Bagayogo Fatoumata Kamissoko, et une infirmière, Mme Soumarou Djènèba Doumbia, vient du Centre hospitalier universitaire (CHU) Gabriel Touré de Bamako. Outre les spécialistes maliens, l’équipe du département de pédiatrie que dirige le Dr Odette Guifo, mère du programme Kangourou, profite également de cette formation. Il s’agit des docteurs Happy, Moudze et Ndap, toutes des pédiatres et une bonne fourchette du personnel paramédical. Y compris le personnel de l’unité du programme mère-kangourou.

Lire l'article


Le Pr. Luc Montagnier : "Nous travaillons sur un vaccin pour enfants" - 21/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Le Pr. Luc Montagnier, président du Conseil scientifique du CIRCB, revient sur les recherches menées par le centre. Quel est le point sur la recherche du vaccin du VIH au CIRCB ? Je crois qu’il faut d’abord parler de prévention. Il y a des méthodes de prévention qui font qu’on ne peut pas se débarrasser de l’infection. Alors pour la recherche bien sûr, il y a le problème du vaccin, mais je crois qu’il faut aussi penser à tous ceux qui sont déjà infectés. Comme vous le savez, le traitement anti-rétroviral, une combinaison de trois ou quatre médicaments, a fait beaucoup progresser l’état des malades, sans toutefois les guérir. Donc le but de la recherche, particulièrement ici en Afrique, c’est de trouver des médicaments complémentaires de ce traitement pour éradiquer l’infection, pour empêcher qu’on soit traité toute sa vie car de toute façon on n’est pas guéri par le traitement actuel…

Lire l'article


Recrutement de 2 500 personnels de santé : Le geste qui sauve ; Ces personnels viennent d’être engagés sur fonds PPTE et C2D - 20/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Les parents d’Edwige Laure sont heureux. Ella a déjà un travail, peut fonder sereinement une famille et surtout, la jeune fille constitue désormais une charge de moins. Soulagés qu’ils étaient en repartant du ministère de la Santé publique hier, après avoir appris que leur fille venait d’être recrutée comme personnel administratif au Minsanté, principalement à la délégation provinciale du Sud-Ouest. Ils sont cependant quelque peu inquiets, par ce qu’elle va à Buea, et qu’elle les quittera. " Ils n’avaient qu’à tout faire pour que je reste ", sourit ce jeune ingénieur des travaux en maintenance et réseau informatique, diplômée de l’IAI. " Ça fait quatre ans que je cherche du travail. Si c’est une première porte qui s’ouvre, tant mieux. J’espère qu’on va régler nos conditions surtout pour nous qui sommes dans les provinces ". Même son de cloche pour une autre jeune recrue, qui fait le pied de grue devant le service du courrier afin de connaître les modalités de prise de service. " C’est la joie, mais on est conscientes qu’il reste encore des étapes à franchir ", affirme cette jeune technicienne de laboratoire, affectée au district de santé de Dibombari.

Lire l'article


Nouvel assaut contre l’ulcère de Buruli ; Une journée de sensibilisation sur la maladie a été organisée vendredi à Ayos, sous le patronage du Minsanté - 24/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Sous le regard inerte des gros porteurs garés non loin de la place des fêtes, quelques enfants exécutent un sketch. Les personnalités assises à la tribune et le reste du public réuni en cet endroit rient à certaines répliques. Le message passe. Le message ? Il porte sur l’ulcère de Buruli (UB), maladie signalée dans une trentaine de pays, dont les développements – destruction étendue de la peau notamment – peuvent être atrocement spectaculaires. Vendredi à Ayos, il était question de dire aux populations que l’UB, localement appelé Atom, n’est ni une fatalité, ni le résultat d’un maléfice de sorcier. Mais bien une maladie… évitable. La journée de sensibilisation avait d’ailleurs pour thème « Hygiène et éducation : les nouvelles armes contre l’ulcère de Buruli ? ». Et les organisateurs ont tenu à avoir les élèves de la ville parmi les sensibilisés.

Lire l'article


Un nouveau médicament contre le paludisme - 10/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Coarsucam contient six comprimés et traite la maladie en trois jours. Il a été présenté à la presse vendredi dernier à Douala. Cela fait à peine deux semaines que Radio France Internationale perdait un grand reporter au service Afrique, Boris Fleuranceau, décédé des suites de… paludisme. Une maladie causée par l’anophèle femelle et désignée par l’Organisation mondiale de la santé comme l’une des plus importantes causes de décès en Afrique aux côtés du VIH/SIDA et de la tuberculose. Elle ampute 25% des revenus des ménages en Afrique.

Lire l'article


Facultés de médecine : De nouvelles filières créées - 04/09/2007 - La nouvelle expression - Cameroun

Cette option a conduit à l'augmentation des effectifs dans les premières années dont les effectifs passent, dans l'ensemble des trois facultés de Buéa, Yaoundé I et Douala, de 165 à 465 places. Ce n'était plus qu'un secret de polichinelle. Le doyen de la faculté de médecine et des sciences biomédicales l'avait déjà annoncé le 2 août dernier. Le gouvernement a pris la décision d'augmenter l'offre en formation des personnels sanitaires avec notamment, la création, à la faculté des sciences biomédicales de l'université de Yaoundé I, de deux filières de formation dont une de pharmaciens et l'autre de chirurgiens dentistes. Le communiqué de presse du ministre de l'Enseignement supérieur qui confirme cette information indique une augmentation du nombre de places dont de la capacité d'accueil en première année, dès la rentrée prochaine dans les facultés de médecines des universités d'Etat. L'offre passe de 165 à 465 places.

Lire l'article


Des dons pour l’hôpital d’Enongal - 04/09/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Des fauteuils roulants, des tables de soins, des lits… offerts samedi dernier par le directeur général de la CNPS. Les installations brillent de mille feux et on pourrait croire que les bâtiments viennent d’être construits. Pourtant, l’hôpital central d’Enongal (Ebolowa) a été créé il y a plus de trente ans. Son nouveau visage est le résultat de l’implication de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), dans le cadre de son volet " Action sanitaire et sociale ". La cérémonie officielle de remise de dons en équipements médicaux et en mobiliers, à l’occasion d’un culte d’action de grâce, a eu lieu samedi dernier à Enongal. Aux côtés du directeur général de la CNPS, Louis Paul Motaze, le gouverneur de la province du Sud, Bernard Wongolo, a remercié la structure sociale pour son implication dans le renouveau de l’hôpital. " Nous étions au bord du gouffre. Quand on sait dans quel état de décrépitude se trouvait l’hôpital, on ne peut que remercier la CNPS ", a-t-il déclaré.

Lire l'article


Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !