Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

« Chacun d'entre nous a mal à la tête au moins une fois au cours de l'année. Il peut prendre différentes formes et durer de quelques heures à quelques jours. Les maux de tête les plus fréquents sont les céphalées de tension et la migraine. Les femmes ont plus souvent mal à la tête que les hommes. Les causes des maux de tête sont généralement sans gravité mais peuvent plus rarement être un symptôme d'une autre maladie plus sérieuse. »

Quels sont mes symptômes ?

Comment soulager ma douleur ?

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique pour savoir comment :

  • Identifier le mal en fonction de vos symptômes ;
  • vous soulager efficacement et rapidement ;
  • diminuer les risques de le subir à l'avenir.

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Amchidé : on vaccine contre la polio - 26/11/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Le secrétaire d’Etat à la Santé, Alim Hayatou, a lancé la campagne nationale de vaccination jeudi dernier dans cette bourgade de Kolofata. La lutte contre le poliovirus sauvage, édition 2007, est sur les rails. Le secrétaire d’Etat à la Santé publique, Alim Hayatou, s’est rendu le 22 novembre à Amchidé, petite bourgade de l’arrondissement de Kolofata, département du Mayo-Sava, pour lancer la campagne nationale de vaccination gratuite contre cette maladie redoutable pour les enfants âgés de moins de cinq ans. Il était accompagné pour la circonstance de la représentante de l’OMS au Cameroun, Mme Helen Mambu Madisu, de la représentante de l’UNICEF, Sylvia Luciano. Sur le terrain, la localité d’Amchidé a battu le rappel des troupes : autorités administratives, religieuses, traditionnelles, ainsi que les populations locales auxquelles se sont jointes les communautés nigérianes voisines, à l’esplanade de la chefferie traditionnelle du coin, théâtre des manifestations.

Lire l'article


Lutte conte le Sida : L’évaluation semestrielle validée - 21/11/2007 - La nouvelle expression - Cameroun

Les participants à la réunion du Comité national de lutte contre le Sida ont adopté le rapport à mi-parcours présenté hier, à Yaoundé. Au cours d’une cérémonie présidée par le ministre de la Santé publique. “Faut-il attendre quatre années pour connaître le taux de prévalence ?” Question de André Mama Fouda aux participants à la réunion du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) sur la présentation du rapport à mi parcours - de janvier à septembre 2007. Au nombre des invités, des représentants des agences des Nations unies au Cameroun, des émissaires des institutions nationales et des délégués d’organisations internationales rassemblés. Trois axes principaux constituent la substance du rapport, il s’agit de : l’accès universel à la prévention en faveur des groupes cibles prioritaires ; l’accès universel aux traitements et soins en faveur des enfants et des adultes vivant avec le VIH/Sida ; et la protection et le soutien aux orphelins et enfants vulnérables (Oev). Il ressort de ce document que le taux de prévalence national issu de l’Enquête démographique et des ménages, réalisé et publié en 2004, est toujours de 5.5 %. “ Qu’au terme des unités de mobiles de dépistage de routine (12 au total), 63.788 personnes ont été dépistées au 30 septembre 2007, parmi lesquelles 3.577 dépistées positives, correspondant à un taux de prévalence de 5,6 % ”.

Lire l'article


Mbalmayo : On vaccine contre le tétanos - 20/11/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Le lancement le 14 novembre 2007 dernier du 3ème tour de vaccination contre le tétanos maternel et néo-natal avait pour cadre l’esplanade de l’hôpital de district de Mbalmayo. Dans son mot de bienvenue, le directeur de l’hôpital de district le Dr Dieudonné Etoundi Atangana agissant en lieu et place du chef de service du district de santé s’est félicité de l’organisation de ce 3ème tour de vaccination contre le tétanos néo-natal et maternel dans l’enceinte de cette institution. Trois ans après son lancement par le ministère de la Santé Publique. Illustration indéniable du rôle de référence que joue cette institution hospitalière au sein du district de santé de Mbalmayo.

Lire l'article


Douala : Les malades ont mal au scanner - 16/11/2007 - Mutations - Cameroun

Depuis plusieurs semaines, le précieux appareil est en panne dans les rares hôpitaux qui en disposent. A l'hôpital Laquintinie de Douala, quelques malades ont des soucis. Les va-et-vient des gardes malades rencontrés au service de cardiologie dudit établissement hospitalier ne renseignent pas a priori sur l'objet du malaise. "Mon oncle sort d'un coma de cinq jours. Malgré son état stationnaire, il reste qu'on nous a prescrit le scanner, mais il n'y en a pas ici à l'hôpital. C'est d'ailleurs le même problème qui se pose à l'hôpital général de Douala, où je me suis renseignée". Justine Siemeni, qui raconte ainsi son calvaire, ainsi que celui du patient dont elle assure la garde, s'est résolue à aller faire les examens prescrits ailleurs, "à Bonapriso".

Lire l'article


Les scanners en panne : Sur les quatre que compte Douala, un seul est opérationnel. Désarroi chez les patients - 07/11/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Cette situation désastreuse a été observée, la semaine dernière. Emmanuel Lissouck, retraité de 78 ans, victime d’une hémiplégie dans son village de Mom est évacué à Douala où travaille son fils. Admis à la polyclinique d’Akwa, il reçoit les premiers soins d’urgence, en attendant les résultats du scanner que lui prescrit son médecin traitant. Face à la gravité du mal, l’urgence commande que le scanner cérébral ordonné par la polyclinique se fasse dans les meilleurs délais. Le médecin craint un dysfonctionnement des nerfs cérébraux ayant occasionné la paralysie partielle verticale du côté droit que présente le septuagénaire. Deux jours après l’admission dans le centre hospitalier d’Akwa, les nouvelles ne sont pas bonnes.

Lire l'article


Faculté de médecine de Yaoundé : Après la résistance, le compromis ; Les étudiants du cycle biomédical feront deux semestres supplémentaires - 06/11/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

24heures ont été nécessaires pour trouver une issue au conflit qui menaçait les rapports entre la Faculté de Médecine et des Sciences biomédicales de Yaoundé (FMSB) et les futurs techniciens supérieurs en santé. Ceux-ci, on s’en souvient, ont manifesté jeudi dernier suite à la décision du doyen de prolonger leur année académique de deux semestres. De quoi s’agit-il en réalité ? Selon un responsable de la FMSB, l’année dernière, l’ensemble du corps enseignant de la FMSB s’est rendu compte qu’il y a au sein de la faculté, un cycle de formation en biomédicales et en médico-sanitaire.

Lire l'article


Maladie du sommeil : L’Afrique centrale en éveil - 30/10/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

Depuis hier, les personnels de santé de la sous-région se recyclent pour améliorer le diagnostic et la prise en charge. La maladie du sommeil reste encore un problème de santé publique. En Afrique subsaharienne, 50 millions de cas sont notifiés et la sous-région Afrique centrale n’est pas épargnée. 45 000 cas sont déclarés chaque année dans cette zone. C’est donc pour améliorer les compétences des personnels de santé que l’Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (Oceac) organise depuis hier et ce jusqu’au 10 novembre une formation à l’hôtel Djeuga de Yaoundé. Un séminaire d’initiation, le premier du genre, des spécialistes du terrain des foyers d’endémie d’Afrique centrale aux techniques de diagnostic de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine et la cérémonie d’ouverture a été présidée hier par le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. Une trentaine de personnels de santé issus des six pays de la zone Cemac vont développer leurs techniques en surveillance épidémiologique, traitement et suivi post thérapeutique, diagnostic clinique microscopique …

Lire l'article


Infections rénales : Le Sida, ennemi des reins - 24/10/2007 - La nouvelle expression - Cameroun

Les infections, à l’instar du VIH/Sida, sont les premières causes de destruction des reins. C’est ce que révèle le 8è atelier de néphrologie en Afrique subsaharienne, qui s’est ouvert mercredi, à Douala. Lors de sa visite de prise de contact dans la capitale économique depuis mardi, le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, a ouvert les travaux de la société africaine de néphrologie qui prennent fin ce matin à l’hôtel Akwa palace. Les néphrologues venus des pays de l’Afrique sub-saharienne de France et du Canada, sont venus se joindre à leurs confrères camerounais, afin d’étaler au grand jour les causes de la recrudescence des maladies du rein. “De plus en plus, on voit des maladies rénales même sur les enfants de un à seize ans. Il y en a beaucoup qui font l’insuffisance rénale, je peux dire peux dire par ignorance… ”, indique le Dr Charlotte Tchemy, vice-présidente de la Société camerounaise de néphrologie (Socaneph).

Lire l'article


L’éclairage du Pr. Doh Anderson Sama : « Les saignements, première cause de mortalité maternelle » - 23/10/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

L’éclairage du Pr. Doh Anderson Sama, gynécologue, chirurgien. Qu’est-ce qui tue le plus les parturientes chez nous ? Permettez-moi d’abord de dire que la mortalité maternelle est liée aussi bien aux grossesses qui arrivent à terme, à celles interrompues à mi-chemin et aux grossesses extra-utérines. Il y a aussi des facteurs qui sont aggravés par la gestation. En cas de problème cardiaque par exemple, les changements physiologiques dus à la grossesse augmentent les risques – le volume de sang augmente pratiquement de 40%, mettant le cœur à rude épreuve. Pendant cette période, les facultés immunitaires peuvent s’amoindrir, exposant aussi la femme enceinte. Pour en revenir à votre question, la cause la plus fréquente de mortalité maternelle – jusqu’à 70% selon certaines études – est le saignement. Pendant l’accouchement ou quelque temps après. Ensuite viennent les infections puis ce qu’on appelle éclampsie. Selon les statistiques, dans les pays en voie de développement, environ 670 sur 100 000 meurent en accouchant. Il y a une décennie on était à 430 femmes.

Lire l'article


Suivi prénatal : Effrayantes statistiques ; Le mauvais suivi des grossesses, cause de nombreux décès - 23/10/2007 - Cameroon tribune - Cameroun

La situation est inquiétante. De sources médicales, si de nombreuses femmes camerounaises meurent des suites d’un accouchement difficile, le mauvais suivi ou l’absence de suivi est généralement à l’origine de ces décès qu’on pouvait éviter. Joséphine K., la trentaine, semble en avoir pris conscience. Poussée à se faire consulter par l’aide-soignante du centre de santé de son village, hier à 8h du matin, elle attendait d’être reçue par un médecin dans un hôpital de la place. Son ventre est proéminent. Elle porte une grossesse de six mois et souffre d’une infection. C’est la première fois qu’elle vient faire des examens prénataux. Une pilule difficile à avaler car avant d’arriver en ville, elle a voyagé pendant deux heures. A titre de rappel, le village de Joséphine K., est situé à 50 km de la ville et la route est très cahoteuse.

Lire l'article


Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !