Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

25 cas de Fistule obstétricale opérés gratuitement à Yaoundé - 29/01/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une campagne d’opération de cette anomalie se déroule depuis lundi dernier au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé. «Je souffre de la fistule obstétricale depuis 2001, lorsque j’ai perdu mon premier enfant pendant la grossesse. Ça m’a déjà apporté beaucoup de problèmes.» Couchée sur un lit recouvert de papier plastique à l’entrée du bloc obstétrique du Centre hospitalier universitaire (CHU) hier matin, Aissatou, 27 ans, attend patiemment d’être à son tour opérée. Elle vient tous les jours, depuis vendredi dernier. Et la campagne d’opération gratuite lancée au CHU depuis lundi dernier arrive comme une bouée de sauvetage dans sa vie meurtrie.

Le Dr Pierre Marie Tebeu, spécialiste de cette anomalie et son équipe ont entrepris de rendre aux femmes leurs vies volées. En effet, selon le Dr Claude Noa Ndona, médecin résidant en gynécologie au CHU, la fistule obstétricale est « une communication anomale entre la vessie, le rectum et le vagin chez la femme. Elle fait généralement suite à un accouchement. Ainsi, le malade perd continuellement les urines et les selles.»

Les conséquences de cette anomalie sont néfastes pour la femme. « La plupart perdent leur emploi, d’autres, leur mariage à cause de cette anomalie. Elles doivent se changer tout le temps et mettre des couches quand elles voyagent», ajoute le Dr Noa. En ce qui concerne Aissatou, elle a été abandonnée par son mari depuis six ans. Toujours selon ses dires, elle a alors été contrainte d’aller vivre dans un premier temps avec sa grand-mère à Garoua où les deux opérations effectuées dans l’hôpital du coin ont été un échec. Puis, ses parents l’on fait venir auprès d’eux à Etoudi pour essayer de résoudre définitivement son problème. Seulement, après deux autres essais infructueux à l’Hôpital central de Yaoundé et au CHU l’an dernier, elle est revenue, pleine d’espoir. Le Dr Noa explique que son cas a connu une complication de sorte qu’elle souffre à présent d’incontinence résiduelle. Comme Aissatou, 22 femmes ont déjà répondu présente à la campagne. Le Dr Pierre Marie Tebeu et ses hommes prévoient d’opérer 25 cas jusqu’au 29 janvier prochain. A travers cette campagne, le CHU voudrait faire comprendre que ce mal a un remède. « Beaucoup de gens en souffrent et se cachent. Parmi les femmes que nous recevons, certaine l’ont depuis trente ans. Mais les soins de qualité font défaut. Certaines se découragent après plusieurs opérations sans succès. Parfois, c’est parce qu’elles ne frappent pas à la bonne porte, d’autant plus que les spécialistes sont rares», renchérit le Dr Noa. Il ajoute qu’en temps normal, l’opération de la fistule obstétricale coûte 300.000 F.

Hugues Marcel TCHOUA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !