Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

16e congrès national d’ophtalmologie : Vue sur les problèmes de la profession - 02/03/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ils ont été posés au cours de cette réunion annuelle, le week-end dernier à Yaoundé. Le 16e congrès annuel de la Société camerounaise d’ophtalmologie (SCO), tenu à Yaoundé vendredi et samedi derniers, a attiré toutes les branches du domaine des soins oculaires. Parmi les participants, des ophtalmologistes, des techniciens et infirmiers spécialisés en ophtalmologie, mais aussi des personnels médicaux sanitaires non spécialisés, et tous les partenaires qui s’intéressent à l’ophtalmologie au Cameroun. Certes, on a parlé médecine lors de cette réunion des ophtalmologistes camerounais, mais des discussions autour des problèmes qui se posent à la pratique de la spécialité ont alimenté les débats.

Comme l’a évoqué le Dr Blaise Noa Noatina, président de la SCO, les ophtalmologistes camerounais sont confrontés à un certain nombre de problèmes dans la pratique de leur métier. « Il y a le manque de certaines ressources humaines. Dans notre métier, nous avons besoin d’abord de sous spécialités, c’est-à-dire de médecins pour opérer la rétine, entre autres. L’équipement manque aussi à l’appel, même si certains d’entre nous ont reçu des formations nécessaires, mais nous ne bénéficions pas de tout le matériel pour effectuer des chirurgies de la rétine, par exemple. » Les autres difficultés se posent au niveau des personnels chargés d’appuyer les ophtalmologistes.

Il s’agit entre autres des opticiens, des infirmiers… En matière d’infirmiers, la sortie de la première promotion formée au Cameroun sur le terrain est venue augmenter le nombre de ressources humaines. « Le nombre d’infirmiers dans ce domaine reste insuffisant malgré tout, nous en avons besoin de plus. En plus, il est difficile de pouvoir trouver sur le terrain des implants chez les grossistes ou chez les pharmaciens, pour pouvoir opérer la cataracte par exemple », a ajouté le Dr Noa Noatina. Ces spécialistes de l’œil subissent aussi la concurrence déloyale de prétendus opticiens, mettant à la disposition des malades des lunettes ou des lentilles, sans prescription médicale. Le congrès, sur le thème : « Pathologie vasculaire oculaire », s’est appuyé sur les maladies de l’œil causées par les troubles vasculaires, et sur une table ronde concernant le glaucome. Selon le président de la SCO, « les affections liées en totalité ou en partie à un désordre vasculaire sont multiples et mettent souvent en cause l’avenir fonctionnel de l’œil. » D’où la campagne d’information et de sensibilisation du public, prévue en marge du congrès.

Monica NKODO

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !