Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Laquintinie : le Centre de transfusion en quête de sang - 16/03/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Seulement 67 poches de sang sur les 200 escomptées ont été récoltées lors de la grande collecte organisée samedi. L’air craintif, Stéphane G., élève dans un lycée de la place, s’approche du Centre de transfusion sanguine de l’hôpital Laquintinie, ce samedi. Malgré ses appréhensions, le jeune homme est venu accomplir un acte citoyen. « Nous avons été sensibilisés au cours de la semaine pour venir faire un don de sang volontaire en tant que bénévole. J’ai un peu peur, mais ce sang pourrait aider des malades », confie-t-il. Cependant, malgré le soutien du Lion’s club Douala Saphir et de l’Association des donneurs de sang bénévoles dans cette opération, les résultats sont en dessous des attentes. «Nous espérions au moins 200 poches de sang comme l’année dernière.

Nous n’en avons que 67, en attendant de terminer les examens pour voir si elles sont toutes utilisables », confie le Dr Madeleine Mbangue, biologiste et responsable du Centre de transfusion de l’hôpital Laquintinie.

Selon cette dernière du reste, le Centre de transfusion éprouve beaucoup de difficultés dans le recrutement et la fidélisation des donneurs bénévoles afin de faire face aux besoins de l’hôpital et même de la région. « 90% des donneurs de sang sont des donneurs de famille. Cette catégorie est difficilement fidélisable. Sur les 10% qui sont bénévoles, environ 7% reviennent régulièrement », confie Madeleine Mbangue. Par ailleurs, elle estime que le Centre de transfusion parvient à sécuriser environ 1000 poches de sang par mois, sur les 2500 à 5000 dont il a besoin pour combler les attentes des malades. Ces derniers sont surtout issus des services de gynécologie obstétrique, de pédiatrie, des urgences, de chirurgie et même des établissements hospitaliers environnants. D’où l’urgence pour combler le gap.

«Nous travaillons avec deux associations de donneurs bénévoles, mais ce n’est pas facile», déclare Madeleine Mbangue. Une affirmation confirmée par Kuetche Talla de l’Association des donneurs de sang bénévoles. «Notre principale cible est constituée des jeunes dans les établissements scolaires et universitaires qui répondent aux critères, à savoir être âgé entre 18 et 60 ans et peser au moins 40 kilogrammes. Cependant, certains responsables d’établissements sont réfractaires, arguant entre autres du fait que nous prenons le sang gratuitement pour le revendre. Les jeunes également ont un peu peur. Sur 300 personnes prospectées, environ la moitié vient faire un don et seulement 1/3 vient retirer le résultat de ses examens sanguins », confie-t-il. Pourtant, certains avantages existent du fait d’être un donneur bénévole. Le Dr. Madeleine Mbangue évoque notamment la carte de fidélité qui peut donner accès à des soins gratuits au donneur ou à un de ses tiers.

Steve LIBAM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !