Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Des moustiques qui « vaccinent » contre la malaria - 06/04/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des scientifiques sont parvenus à transformer par manipulation génétique un anophèle en véritable vaccin volant. Des scientifiques japonais ont mis au point un moustique anophèle produisant un vaccin naturel contre la malaria. Les glandes salivaires de ce dernier produisent en fait une protéine efficace contre le développement de la malaria dans l'organisme. Lorsque le moustique pique un individu, sa salive est directement injectée dans le sang. Pour cela, Shigeto Yoshida de Jichi Medical University à Tochigi au Japon a modifié génétiquement des moustiques en modifiant les gènes codant pour les substances de leur salive ! "Suite aux piqûres, les réponses immunitaires protectrices sont déclenchées, de la même façon qu'avec une vaccination conventionnelle, mais gratuitement et sans la douleur" a déclaré le Professeur Shigeto Yoshida, de l'université médicale Jichi, au Japon. Il ajoute que "l'exposition continue aux piqûres maintiendra un haut niveau d'immunité, d'une façon naturelle et pour toute une vie."

Pour ce chercheur, "le moustique passe de l'état d'insecte nuisible à l'état d'insecte bénéfique pour la santé", un véritable retournement de situation qui laissera les anophèles pantois. En fait, tout le monde connaît l'Anophèle qui transmet le parasite du paludisme. Le moustique étant capable de transmettre des maladies... certains d’entre eux devront donc désormais, malgré eux, transmettre aussi des vaccins ! Le groupe de chercheurs japonais a alors créé des "flying vaccinators". Lorsque le moustique pique, il injecte un peu de sa salive pour empêcher le sang de sa victime de coaguler. En modifiant cette salive, on peut faire en sorte de plutôt déclencher une réponse immunitaire de la victime. Et voilà le vaccin inoculé !

L'insecte pourrait permettre de lutter radicalement contre la malaria. Chaque année la malaria provoque entre un et deux millions de décès dans le monde, surtout chez les enfants africains. Le moustique "prototype" est également porteur d'un vaccin contre la leishmaniose, une maladie potentiellement mortelle transmise par les mouches de sable. L'infection de leishmaniose peut provoquer des plaies douloureuses, une fièvre ainsi qu'une perte de poids. Si elle n'est pas soignée à temps, elle peut en outre détruire le foie et la rate. Les souris mordues par le moustique en question ont produit des anticorps contre la leishmaniose, indiquant l'immunisation. Il y a quand même des problèmes à résoudre : le nombre de piqûres peut varier, d'où une incertitude sur les doses injectées ... Et puis ... jusqu'à présent, on a toujours vacciné les gens en leur demandant leur consentement au préalable... non ?

Hugues Marcel TCHOUA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !