Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Annie Atchoumi : le travail prolongé, principal cause des fistules - 05/05/2010 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Présidente de l'Association camerounaise des sages-femmes, infirmiers accoucheurs et spécialiste en santé de la reproduction, elle parle de la fistule obstétricale.

Qu'est qu'une fistule obstétricale ?

C'est une ouverture entre le vagin, la vessie et le rectum. Plus la femme fait pipi, plus ça coule et elle est marginalisée par la société. La fistule obstétricale est donc une communication entre ces parties.

Qu'est-ce qui peut être à l'origine de cette ouverture ?

L'une des origines est parfois liée à la mauvaise prise en charge obstétricale. Par exemple si vous avez eu une déchirure pendant un accouchement, la mauvaise suture de cette déchirure peut être à l'origine d'une fistule. Il y a le travail prolongé qui parfois qui peut être dû à une mauvaise surveillance. Lorsqu'une femme vient à l'hôpital, on se dit qu'elle est en travail et que, dans ' heures, elle va accoucher. Si elle ne peut pas accoucher pendant un délai donné, ça devient un travail prolongé. Et quand le travail est prolongé, la tête de l'enfant appuie sur les organes de la femme. Ça les comprime et ça fait qu'il n'y a plus d'oxygénation. Cette partie de la peau meurt. C'est ce qui développe à la longue des fistules. La plupart des fistules sont causées par le travail prolongé. Si la surveillance est rapide, si on a assez de personnel qualifié et si on peut prendre des décisions à temps pour éviter que le travail dure plus, on peut lutter contre cette ouverture.

Quels sont les éléments qui permettent de déterminer qu'une femme souffre d'une fistule obstétricale ?

Ce qui peut permettre de savoir, ce sont les conseils, la sensibilisation et la communication pour la prévention. Il faut faire assez de councelling avec elles pour qu'elles sachent ce qu'est la fistule obstétricale. Pour qu'elles aient un diagnostic, il faut que ce soit des professionnels, des personnes qualifiées qui le leur expliquent. C'est un problème de communication. Il faut qu'on aille vers ces femmes, cette communauté qui a besoin d'informations pour prévenir des fistules.

Que faut-il faire pour les prévenir ?

Pour prévenir, il faut que les soins obstétricaux soient de qualité et que la surveillance des femmes soit vraiment rapprochée. Que les décisions soient prises à temps pour que le travail ne soit pas prolongé, que les réparations des déchirures soient bien faites. Dès qu'on a déjà des fistules obstétricales, la plupart du temps, la solution c'est la chirurgie. Or, si on avait sensibilisé, éduqué les femmes, elles auraient évité des centres hospitaliers où les soins ne sont pas de qualité et elles auraient fait le nombre de consultations recommandées. Ce qui devait sans doute éviter les complications.

Quelles sont ces complications auxquelles elles s'exposent ?

Cela dépend du degré de pathologie. On peut citer la stérilité, même si les cas sont minimes. Mais c'est déjà handicapant, parce qu'il faut faire une chirurgie. Il faut encore que cela marche. Il y a des cas qu'on ne peut pas repérer, et ce n'est pas aisé. Le meilleur moyen reste la prévention.

Propos recueillis par Sandrine Tonlio

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !