Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Onchocercose : la croisade se poursuit - 27/09/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La réunion spéciale sur la cécité des rivières s’est ouverte hier avec une trentaine de pays africains.

La journée du 26 septembre 2006 restera gravée dans les annales de l’histoire de la santé mondiale. Les participants à la réunion spéciale des partenaires du Programme africain de lutte contre l’onchocercose (APOC) ont été unanimes sur ce point. C’est sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, Ephraim Inoni, que les travaux se sont ouverts hier à l’hôtel Hilton de Yaoundé. En présence des représentants d’une trentaine de pays africains et des donateurs de l’APOC. Cette rencontre est, selon la directrice de ce programme, Uche Amazigo, " la preuve de la détermination des gouvernements et des partenaires à atteindre un objectif commun : éradiquer l’onchocercose ". Avec plus de 20 millions de personnes qui vivent sous la menace de cette maladie dans le monde, il est plus que temps de réagir. " L’image que notre cher continent renvoie au monde entier est celle d’une Afrique sinistrée. L’onchocercose deviendra un réel problème de santé publique si rien n’est fait dans les pays touchés ", a déclaré le Premier ministre.

Si l’intensification de la lutte contre l’onchocercose ou cécité des rivières est le principal objet de cette réunion internationale qui s’achève ce jour, les participants ont aussi pour objectif de mener une réflexion sur le devenir de l’APOC. En effet, certains pays membres du Programme connaissent une instabilité socio-politique avec des incidences sur le démarrage effectif de la lutte. De plus, les spécificités liées à certains pays, à l’instar du Cameroun, favorisent l’apparition d’effets secondaires graves qui entrainent le prolongement de la période requise pour faire asseoir le programme. Il s’agit concrètement de convaincre les donateurs de continuer d’apporter leur aide. Mais surtout, pour le ministre camerounais de la Santé publique, Urbain Olanguena Awono, " d’inciter tous les gouvernements des pays concernés à s’impliquer encore plus dans la lutte contre cette maladie ".

La lutte contre la cécité des rivières a débuté en 1974 avec 11 pays réunis au sein du Programme de lutte contre l’onchocercose en Afrique de l’Ouest (OCP) et s’est achevée en 2002. L’APOC, qui utilise la stratégie de traitement à l’Ivermective sous directives communautaires (TIDC) consistant à distribuer gratuitement le Mectizan aux populations membres du Programme, a été mis sur pied en 1995. Il doit prendre fin en 2010 mais la réunion spéciale de Yaoundé espère convaincre les donateurs de prolonger le Programme au moins jusqu’en 2015.
L'onchocercose ou cécité des rivières est une maladie parasitaire causée par un ver parasite mince qui peut vivre jusqu’à 14 ans dans l'organisme de l'homme. La maladie est transmise d'une personne à l'autre par la piqûre d'une mouche, la simulie. La cécité des rivières touche l’ensemble du Cameroun, à des degrés variables de gravité et plus de 6 millions de personnes sont infectées. Il n’est donc pas question pour le gouvernement de prendre cette menace à la légère.

Josiane R. MATIA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !