Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Choléra : 1147 cas et 83 décès dans l’Extrême-Nord - 27/07/2010 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épidémie de choléra déclarée en juin dernier dans la région de l’Extrême-Nord a fait à ce jour 1147 cas et entraîné 83 décès, a appris CT hier de sources médicale et officielle. « A la date du 26 juillet, on compte 1147 cas et 83 décès », a confié à votre journal le Dr. Germaine Ekoyol Ewane, chef du service des Epidémiologies à la direction de la Lutte contre la maladie du ministère de la Santé publique.

Notre source explique que la maladie continue de gagner du terrain en dépit des efforts des pouvoirs publics, appuyés par des partenaires au développement (Oms, Unicef, Fnuap et Croix-Rouge) en raison de comportements à risques persistants observés par les populations victimes de ce mal. « La maladie touche à présent 12 districts de santé sur les 28 que compte la région, contre 11 précédemment », ajoute-t-elle.

Le Dr. Ekoyol Ewane déplore ainsi « le non respect des règles d’hygiène » et « le recours tardif aux soins ». « Dès qu’ils contractent la maladie, les gens se disent d’abord que c’est quelque chose de mystique », explique-t-elle, ajoutant que sur les 83 décès, 48 sont survenus en communauté – c’est-à-dire à la maison, et non à l’hôpital. « C’est quand on investigue un peu autour d’un mort qu’on apprend qu’il est décédé de suites de choléra ». Et parfois, dans ce cas, quelqu’un d’autre, proche du défunt, est déjà en train de se sentir mal, car contaminé à son insu…

Au niveau du ministère de la Santé publique, une source autorisée estime que la persistance de la maladie est due en bonne partie à la « faible implication des autorités traditionnelles et des élites locales », ou des leaders religieux, qui pourraient mieux faire passer le message de la prévention auprès des populations.

Une nouvelle approche est en train d’être élaborée par les pouvoirs publics, a confié une source officielle à CT. Ladite approche consiste à impliquer différents ministères (de l’Eau, de l’Administration territoriale…) pouvant, en touchant leurs différents responsables régionaux, agir contre l’épidémie. A ce jour, le district de santé le plus touché reste celui de Mokolo, avec 567 cas déclarés pour 38 décès. Les autres districts atteints par l’épidémie sont : Méri, Mogodé, Makary, Kousséri, Mada, Koza, Guéré, Hina, Kolofata, Roua et Kar-Hay.

Le Dr. Ekoyol Ewane ajoute que du 9 au 19 juillet, le choléra s’est aussi déclaré dans la région du Nord. Six cas ont été enregistrés, pour zéro décès.

Alliance NYOBIA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !