Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Michel Bienvenu Zang : le biologiste qui chasse les taons - 20/10/2010 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En service à l'hôpital d'Ebolowa, cet ingénieur médico-sanitaire veut combattre la filariose loa loa. Lorsqu'il était enfant, Michel Bienvenu Zang n'avait qu'un rêve: Etre au service de la science pour le bien-être des populations. C'est ainsi que son baccalauréat D en poche - c'est sans fausse modestie qu'il affirme avoir été admis avec l'unique mention enregistrée à cet examen dans le département de la Mefou et Akono dont il est originaire - cet ancien élève du lycée moderne de Mbankomo s'inscrit sans hésiter à la faculté des sciences de l'université de Yaoundé I.

C'est de là qu'il en ressortira plus tard nanti d'une licence en sciences naturelles. Mais, ce fidèle lecteur de Mutations, aujourd'hui ingénieur médico-sanitaire à l'hôpital d'Ebolowa, rêve de retourner sur les bancs pour acquérir de nouvelles connaissances. Trois ans plus tard, le voilà diplômé en analyses médicales.

S'en suit un Master en hydrologie et environnement, option microbiologie et parasitologie de l'eau. Admis au concours de la Fonction publique en 2007, Berthold, comme l'ont surnommé ses proches, rejoint alors l'hôpital d'Ebolowa où il est chargé de faire des prélèvements et des tests sanguins à la banque de sang de cette structure sanitaire.
Pour ce biologiste, il ne sert à rien pour un patient d'aller à l'hôpital avec une simple maladie et d'en repartir avec une autre. Son modèle: Son père, infirmier anesthésiste aujourd'hui à la retraite. «Il m'a appris qu'en médecine, lorsqu'il faut prendre soin de l'Homme, il est agréable de mettre au loin la famine et la fatigue.» Son élégance et sa philanthropie, combinées à sa douceur et à son sens d'humour, sont ses atouts majeurs dans la profession et dans sa relation avec ses patients.

Un métier de biologiste que ce passionné du ballon rond pratique depuis quelques années, après avoir été directeur commercial et chef d'agence d'une société d'assurances, ainsi qu'enseignant dans certains centres de formations. Michel Zang a aussi participé à la réalisation d'une étude biologique et physico-chimique des eaux du lac municipal de Yaoundé. En sus de son travail à l'hôpital d'Ebolowa, le biologiste n'hésite pas à descendre dans les villages chasser les taons, ces mouches de couleur noire ou rouge responsables de la filariose loa loa ou loase, une «maladie exclusivement africaine.»
Dans sa chasse aux taons, le biologiste affirme bénéficier d'un coup de pouce des populations, notamment des sexagénaires qui capturent également ces taons qu'ils conservent ensuite dans des boîtes qui lui sont remises lors de ses descentes. En attendant de mieux cerner la loase, Michel Zang pense reprendre le chemin de l'école car, assure-t-il, «le biologiste qui cesse d'apprendre est un danger pour la médecine.»

Guy Hyacinthe Owona (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !