Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Amélioration dans le traitement du Vih/Sida - 25/11/2010 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Médecins sans frontières soutient que le Ténofovir réduit les effets secondaires remarqués chez certains patients. Il y a un peu moins de stress pour les personnes vivant avec le Vih/Sida. Il leur est désormais possible de n’avoir qu’un seul comprimé à prendre par jour. A en croire le Dr Stéphane Anoma, le coordinateur du Projet Amélioration du traitement, Agir contre les résistances (Atar), «le ténofovir est une forme améliorée qui est approuvée dans le monde entier. Il a pour avantage de limiter les effets secondaires. Certains patients ont souvent été incapables de respecter la prise des Arv à cause de ces effets indésirables». Cette révélation a été faite lors de la conférence de presse organisée par Médecins sans frontière (Msf).

Selon le coordinateur du projet Atar, ce projet pilote a pour cadre l’hôpital de district de Nylon à Douala. Il a été lancé en mars dernier. Il profite à 375 patients. «Ce sont d’une part les patients qui ont change de protocole, mais il y a également tous les patients qui sont nouvellement éligibles à un traitement par antirétroviraux (Arv)».

Le projet Atar vise aussi à rendre possible la gratuité de l’examen permettant de déterminer la charge virale. Il est question, à en croire le coordinateur du projet, que chaque patient puisse y avoir droit au moins une fois par an.
Le projet Atar se heurte cependant à une difficulté. La commission de l’Union européenne encourage des politiques offensives qui réduiraient grandement les capacités des compagnies produisant des médicaments génériques. Ces accords qui vont considérablement restreindre l’accès aux médicaments abordables pour les patients des pays en voie de développement. En réaction à cela, Médecins sans frontière a fait signer une pétition que cet organisme compte faire parvenir à l’Union Européenne. D’après le Dr Anoma, «il faut, pour remédier à ce problème, que la demande et les besoins de production se fassent plus grandes. Cela va permettre de réduire les coûts de production, entraînant ainsi que les prix deviennent plus abordables», préconise-t-il.

Alfred Epacka (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !