Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Santé maternelle et néonatale: des primes pour les accouchements sans décès - 03/02/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Projet d’appui à l’investissement du secteur de la santé, réuni hier à Yaoundé a trouvé une formule pour encourager la performance des formations sanitaires. Plus de 699 femmes sur 100 000 meurent en donnant naissance. La mortalité néonatale quant à elle se chiffre à 42 pour 1000 naissances vivantes, selon les résultats d’un rapport effectué au Cameroun en 2004. Des décès causés en partie, par le faible équipement des formations sanitaires et leur faible capacité technique et fonctionnelle. Une situation inquiétante et dont le gouvernement camerounais est déterminé à renverser la tendance.

C’est dans cette optique que l’Etat a créé en 2008, le Projet d’appui à l’investissement du secteur de la santé (PAISS). C’est donc pour s’accorder sur sa mise en œuvre dans le triangle national, après son lancement dans les régions du Littoral, du Sud-Ouest, du Nord-Ouest et de l’Est, que le comité de pilotage, organe d’orientation du PAISS, s’est réuni hier à Yaoundé. Les assises, présidées par le président dudit comité, Emmanuel Maïna Djoulde, ont connu la présence des principaux acteurs impliqués. Notamment, le représentant de la Banque mondiale, organe chargé du financement et de certains ministères dont celui de la Santé publique, premier concerné. « Ce projet vise à mettre en place un dispositif de gestion basé sur les résultats. Il consistera non seulement à doter les formations sanitaires de ce qu’il faut en termes d’offre, mais de leur acheter les résultats concrets qu’ils obtiennent. Il s’agit de payer pour les résultats en tenant compte de la qualité des prestations faites aux patients. C’est une façon de motiver les personnels de santé», déclare Emmanuel Maïna Djoulde.

Concrètement, lorsqu’une formation sanitaire fera par exemple 10 accouchements sans décès par mois, il leur sera demandé d’en faire 20. Si tout se passe bien, la formation sanitaire recevra par exemple 5.000F par accouchement, pour encourager son personnel. Ce qui conduira d’après lui, à améliorer la qualité des services de ces formations sanitaires et à attirer davantage de femmes pour les consultations. Une opération motivante et bénéfique pour notre pays, de l’avis même de Robinson Mbu Enow, directeur de la Santé familiale au ministère de la Santé publique.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !