Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Grippe et tuberculose : de la contagion dans l’air - 28/03/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Face aux maladies des voies respiratoires, la prévention consiste en général à éviter les germes que rejettent les personnes déjà infectées. « La tuberculose (TB) est toujours considérée comme tabou au sein de l’opinion camerounaise », regrette le Dr. André Gotingar, acteur de la lutte contre le mal. Certes, c’est une maladie grave, mais qui se soigne au bout de six mois de traitement.

Un traitement de surcroît gratuit au Cameroun depuis 2006. Malheureusement, la seule façon de guérir de la maladie c’est d’abord d’accepter son statut et puis suivre le traitement. Autrement, la personne infectée expose tout son entourage, au point de générer une épidémie. Parce que la tuberculose se transmet de personne à personne, par voie aérienne. Lorsque le malade tousse, éternue ou parle, elle envoie des bacilles tuberculeux ou bacille Koch (BK) dans l’air. Et les personnes qui passent de longs moments en sa compagnie, par exemple en vivant ou en travaillant tous les jours avec lui, peuvent ainsi respirer ces bacilles et être contaminées.

C’est pourquoi, selon les spécialistes, éviter la tuberculose revient a priori à se faire dépister lorsqu’on a les premiers symptômes, et puis éviter des contacts prolongés avec un malade déclaré. Comme quoi il revient le plus aux personnes infectées de préserver leur entourage. Surtout qu’on n’est plus contagieux deux semaines après le début du traitement. Mais le tabou qui plane sur la maladie, la promiscuité dans les quartiers avec les maisons qui n’ont pas d’ouvertures n’aident pas. Et la tuberculose devient endémique au point d’être considérée aujourd’hui comme un véritable problème de santé publique au Cameroun.

Pour ce qui est de la grippe, « les Camerounais la considère à tort comme une maladie légère », selon le Dr, Jean Taguebue, infectiologue. Et bonjour l’automédication ! Chacun a sa méthode pour venir à bout du problème. Sauf que lorsque la grippe se complique, la soigner devient particulièrement difficile. En général, la saison des pluies est propice à la montée de la grippe. Donc c’est le moment de faire attention. Selon les médecins, les enfants sont plus exposés aux risques de développer des complications des maladies des voies respiratoires en cette période. De même qu’un adulte qui travaille à l’air libre. Enfin, selon leurs prédispositions à faire des crises en période de froid, les vieillards et les asthmatiques peuvent être comptés parmi les personnes à risque. Eviter la grippe consiste donc à se protéger le cou, question de réchauffer l’air qui rentre dans les poumons et se protéger les narines avec des mouchoirs propres. Mais en cas de maladie, il y a des produits appropriés en pharmacie.

Félicité BAHANE N.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !