Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

L’Hôpital de district de Mvangan réhabilité par le CERAC - 03/04/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Certains fils du Sud appellent cet arrondissement « le trou du diable », à cause de son enclavement qui lui vaut d’énormes difficultés telles que la carence en soins de santé de qualité. C’est cette situation qui a attiré l’attention du Cercle des amis du Cameroun (CERAC) et sa présidente fondatrice, Chantal Biya, sur Mvangan.

Alors, samedi, une forte délégation de l’association humanitaire de la Première dame a bravé la mauvaise route en pleine forêt équatoriale pour réconforter les populations de cet arrondissement situé à 110 km d’Ebolowa. C’était à l’occasion de la remise officielle de l’Hôpital de district de Mvangan réhabilité et équipé, et de la remise de dons à l’école maternelle de la ville ainsi qu’aux femmes rurales du département de la Mvila. Une cérémonie courue que présidait Béatrice Evou Mekou, représentante personnelle de la Première dame, à l’esplanade de l’hôpital. En présence de nombreuses élites de la région, dont Jean-Pierre Biyiti bi Essam, ministre des Postes et Télécommunications.

Cette présence du CERAC était pour les populations, qui ne vivaient les actions de la Première dame que par médias interposé, un signe inéluctable de la sollicitude impartiale de « Nya Meyong » Chantal Biya. « Notre longue patience est récompensée, sans mérite certes, si ce n’est d’avoir frappé le cœur tendre de notre mère », a déclaré Thomas Minsili Eba’a, maire de Mvangan. Avant le passage du CERAC, l’hôpital de district de Mvangan n’était que l’ombre de lui-même. Avec des bâtiments délabrés, sans équipements appropriés, ni stocks suffisants de médicaments. Pareil pour l’école maternelle de la ville dont les élèves avaient du mal à acquérir facilement les notions de leur âge.

Les toilettes et la cuisine, les équipements médicaux et les médicaments, les points d’eau potables pour les malades, les gardes-malades et les élèves, le matériel didactique pour la maternelle, ainsi que le matériel agricole pour les femmes rurales de la Mvila, sont donc reçus comme une manne du ciel. C’est pourquoi, le Dr Jean Blaise Doaw Mekanda, délégué régional de la Santé publique pour le Sud, de même que les malades, ont pris le ferme engagement de veiller à l’entretien de cet hôpital.

Une voie sur laquelle la représentante personnelle de Chantal Biya les a encouragés. Cependant, Béatrice Evou Mekou a invité d’autres bonnes volontés à suivre l’exemple du CERAC. « L’action du CERAC n’a pas vocation à se substituer aux apports de tous les autres acteurs. La volonté et les seuls efforts des pouvoirs publics ne suffiront pas à combler toutes les attentes. Il y a encore de la place pour toutes les âmes de bonne volonté », a souligné la coordinatrice générale adjointe. La cérémonie, agrémentée de nombreux intermèdes culturels, s’est achevée par la visite des bâtiments rénovés de l’hôpital.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !