Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le choléra à la porte de l’Est… - 02/05/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les autorités sanitaires sont en état d’alerte suite à un cas suspect en provenance de Pangar, dans l’Adamaoua, le 28 avril 2011. « Nous sommes en état d’alerte. Nous venons de ployer une équipe mobile dans la localité de Mbitom où un cas de diarrhée sévère vient de nous être signalé. Nous avons pris toutes les dispositions pour circonscrire cette épidémie qui s’est déjà déclarée dans la région de l’Adamaoua. » Ces propos sont du Dr Nsom Mba Charles, délégué régional de la santé publique pour l’Est.

Le Dr Nsom Mba explique qu’aucun cas de choléra n’a été enregistré dans la région de l’Est à la date du 28 avril 2011. Il révèle que depuis le déclenchement de l’épidémie dans notre pays, depuis plus d’un an déjà, l’Est a enregistré 17 cas suspects de choléra que les résultats du Centre pasteur de Yaoundé ont infirmés. Pour le délégué régional de la Santé publique, l’Est reste la seule région qui n’a pas encore enregistré de cas de choléra à ce jour. La dernière nouvelle en date, les sept cas suspects de Mandjou, qui a fait écrire à une certaine presse qu’il y a des cas de choléra à l’Est, n’était en fait qu’une méprise. « Les sept personnes de Mandjou étaient victime de l’intoxication alimentaire. Ils mangé du mauvais manioc. Ils sont déjà guéris et rentrés chez eux le 28 avril », précise le Dr Nsom Mba Charles.

Par contre, notre source indique que la région de l’Adamaoua voisine, qui jusque-là était épargnée par l’épidémie vient d’en être frappée. Elle a enregistré 21 cas de choléra, parmi lesquels onze morts. « Nous venons d’être informé ce jour (28 avril) que l’Adamaoua, précisément le district de santé de Tibati, limitrophe avec l’arrondissement de Bétaré Oya dans l’Est, a basculé dans l’épidémie. Les gens partiraient du centre de santé de Pangar pour se faire soigner dans le centre de santé catholique de Mbitom, région de l’Est », affirme notre source. Le Dr Nsom Mba Charles ajoute qu’un cas de diarrhée sévère a été reçu dans ledit centre de santé. Une équipe mobile est déployée sur le site depuis le 28 avril apporter le secours médical. Sur l’étendue de l’Est, on intensifie la sensibilisation. Le respect des règles d’hygiène et salubrité est renforcé dans les écoles, lieux publics.

Olivier LAMISSA KAIKAI

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !