Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Ulcère de Buruli : comment des chirurgiens réparent des vies à Ayos - 25/05/2011 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Sous la houlette de Fair Med, une équipe de médecins suisses procède aux opérations d’une trentaine de malades. Dans la salle stérilisée qui sert de bloc opératoire à l’hôpital du district de d’Ayos, une équipe médicale de sept spécialistes, conduite par le Dr Thomas Fischer (spécialiste de la chirurgie de la main), s’affaire autour de la jeune Irène Gladys. Victime de l’ulcère de Buruli (Ub) depuis de nombreuses années, la jeune fille de 14 ans a passé deux ans d’internement à l’hôpital d’Ayos où elle a été déjà opérée deux fois grâce au soutien financier de Fair Med (une Ong suisse anciennement appelée Aide aux lépreux). La petite équipe se constitue de deux chirurgiens: Thomas Fischer et Rolf Husler, de l’anesthésiste Dr Jacqueline Nicolet, des infirmières Martina Banic, Ruth Enzeler et Céline Bachelard.

Le bras complètement brûlé, une partie du torse quasiment investie par cette maladie présentée comme l’une des plus invalidantes, Irène Gladys Mangba, originaire de la localité d’Eyes située à une quinzaine de kilomètres d’Ayos dans le centre du Cameroun à 120Km de Yaoundé (la capitale), ne peut faire usage de ses membres. «Mon mal a commencé par une bouton qui s’est mué en bosse. C’est alors que mes parents m’ont transportée chez un guérisseur où j’ai longtemps séjourné sans succès. C’est plus tard qu’un oncle va attirer mon attention. C’est ainsi que je suis arrivée dans cet hôpital où ces médecins ont pu reconstituer mon bras. Car, à mon je l’avais déjà perdu», explique Irène Gladys.

Non loin d’elle, le jeune Mbida attend de se faire opérer du bras lui aussi. D’après le témoignage des proches, «son bras était lui aussi désespéré. Grâce à la première intervention chirurgicale et à celle attendue, il pourrait effectivement refaire usage de son bras et surtout de sa main». Ces deux figures de la maladie, font partie de la trentaine d’élus pour la reconstruction au cours l’actuelle mission qui s’achève le 27 mai 2011. Et ils sont pour la circonstance près d’une centaine de malades venus à la fois pour la sélection en vue de se faire opérer et les pansements. D’après le Dr Joseph Ekoum (coordonnateur des projets partenaires de Fair Med), le drame des 5000 malades enregistrés au Cameroun, c’est le dépistage tardif.

Maladie des pauvres

Pour la plupart, «ils nous parviennent lorsque les infirmités sont déjà gravement marquées. Dans l’intervalle, ils perdu beaucoup de temps chez des guérisseurs pour qui, l’Ub fait partie de mauvais sorts». Pour le Dr Ekoum, la présente mission chirurgicale est la cinquième du genre. Comme dès les premiers moments le Dr Fischer soutient que la partie suisse entend poursuivre également l’aspect formation de cadres camerounais dans la logique du transfert de technologie.

Choisi pour sa situation au cœur du bassin du Nyong (fleuve qui arrose les localités d’Ayos, Mbalmayo et Akonolinga), considéré comme une zone endémique de la maladie, l’hôpital d’Ayos devrait également être l’un des principaux pôles de dépistage et prise en charge. Son médecin chef, le Dr Jean Paul Amougou se dit «satisfait des différentes missions chirurgicales des partenaires suisses. Mais davantage du partenaire financier de l’opération».
Considérée comme une «maladie des pauvres» destructrice et difficile à éradiquer, cette affection tropicale est provoquée par une mycobactérie dénommée mycobacterium ulcerans. Méconnu en Occident, l'ulcère de Buruli est une maladie bactérienne très invalidante.

Présente dans plus de 30 pays tropicaux, la recherche active pour caractériser le mieux possible l'agent à l’origine de l'infection, mycobacterium ulcerans est en cours. Si pour l’instant d’après des médecins et chercheurs, l’on ne sait pas avec exactitude quel en est le vecteur, une piste sérieuse penche vers la punaise aquatique. D’où les nombreux tests diagnostiques. Mais aussi de nouvelles molécules thérapeutiques. Des traitements dont le programme porte sur l'identification d'inhibiteurs de la synthèse de la mycolactone qui ouvrirait la voie à la mise au point de molécules thérapeutiques. Quant à l'hypothèse d'un vaccin, les chercheurs sur le terrain estiment qu'il est encore bien trop tôt pour l'évoquer.
Raison pour laquelle les différents acteurs de la prévention, la prise en charge et la recherche martèlent la détection précoce. «Lorsque le dépistage se fait tôt, il existe un traitement aux antibiotiques. Ceci a l’avantage d’éviter au malade l’invalidité. Car, nombreux sont ceux qui nous parviennent malheureusement condamnés à se déplacer par le train», déplore le Dr Ekoum, qui conseille le port de vêtements longs lors des travaux champêtres, l'utilisation de la moustiquaire sans oublier la sensibilisation des populations dans les zones endémiques au travers de messages éducatifs et d'émissions radiotélévisées.

Léger Ntiga, à Ayos

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !