Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Glaucome : La mort programmée des yeux - 24/10/2006 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) estime qu’au moins 1 % de la population mondiale est atteinte de glaucome. Au Cameroun, en l’absence de statistiques fiables, il est difficile d’évaluer le nombre de personnes qui souffrent de cette maladie, que le Dr Abanda définit comme : "une maladie de l'œil qui se développe lorsque la pression du liquide à l’intérieur de l’œil est trop élevée à cause du mauvais fonctionnement du système d’écoulement". Ce médecin précise que ce dysfonctionnement cause de façon progressive et le plus souvent sans douleur une atteinte irréversible de la vision.

A ce sujet, les ophtalmologues conseillent de faire des examens ophtalmologiques au moins une fois par an. Ce qui pourrait permettre de dépister le glaucome dès son début, avant qu’il se complique. Car à l’état actuel de la recherche, le traitement permet seulement de stopper l'évolution de la maladie, mais n’aide pas à la récupération d’un œil malade. "J’ai découvert que j’avais un glaucome lors d’une visite médicale organisée par mon employeur. Mon œil droit, que j’ai perdu aujourd’hui, était gravement atteint. On a pu sauver l’œil gauche", témoigne une malade rencontrée au service d’ophtalmologie de l’Hôpital central de Yaoundé.

L’interpellation de ces spécialistes concerne surtout les patients chez qui l’incidence de la maladie est plus grande, comme les hommes et les femmes âgés de plus de 40 ans. Ils citent aussi ceux qui ont eu des antécédents familiaux de glaucome, les myopes et les diabétiques. "Lorsque le patient suit les instructions de son ophtalmologue et s’il prend soin de son mal, sa vision a toutes les chances d’être conservée. Son glaucome sera très probablement maintenu sous contrôle par différents moyens qui permettent d’abaisser la tension oculaire, soit en augmentant la quantité de liquide drainée hors de l’œil, soit en diminuant la quantité de liquide que produit son œil", explique le Dr Edjang en service à Yaoundé.

Traitement

Selon les ophtalmologues, parmi les trois formes de glaucome qui existent, celle dite à angle ouvert est la plus courante. Elle évolue très lentement, car le système de drainage du liquide de l’œil se bouche très progressivement, augmentant de façon également progressive et peu importante la pression intra-oculaire. Par contre, le glaucome aigu à angle fermé est beaucoup plus rare. L’œil devient alors douloureux et rouge. Cette forme de glaucome survient le plus souvent chez les sujets âgés. Elle se caractérise également par de violents maux de tête, des douleurs oculaires, une vision floue et des nausées. Dans ce cas, un traitement médical urgent doit être entrepris. Enfin, il existe des formes très rares de glaucome qui surviennent dès la naissance (glaucome congénital) et il existe également de très nombreuses autres formes rares de glaucome associées ou non à des maladies générales.

Des informations prises dans le site Internet de l’Institut du glaucome de la Fondation de Saint Joseph en France, précisent que le glaucome n’est pas une maladie contagieuse. Par contre, elle est chronique et nécessite un traitement et une surveillance à vie. En l’état actuel de la science, le but du traitement est de stopper l'évolution de la maladie. A ce sujet, il existe trois grands types de traitement qui permettent tous d’abaisser la pression intra-oculaire : Celui à base de collyres qui permet de faire baisser la tension oculaire, les différents types de laser adaptés à différentes formes de glaucome et la chirurgie qui s’avère généralement nécessaire pour faire baisser la pression intra-oculaire si la maladie continue à progresser.

Cathy Yogo

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !