Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Dr Armand Kouotou : les mycoses des ongles entraînent un préjudice esthétique - 21/09/2011 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

D’après le dermatologue, il faut plusieurs mois pour s’en débarrasser.

Qu’est- ce qu’une mycose des ongles ?

C’est une pathologie infectieuse due aux champignons qui touchent les ongles des doigts et des orteils. On l’appelle encore onychomycose.

Comment se contracte-t-elle ?

Plusieurs variétés de champignons sont à l’origine de cette infection. Les dermatophytes et des levures du genre candidats en sont les plus fréquemment rencontrés : les premiers s’attrapent dans les milieux chauds et humides, notamment dans les piscines, les saunas, les douches ou lorsqu’on marche pieds nus ; pour les deuxièmes, la contamination se fait le plus dans les milieux humides, et ce sont les ménagères, les bouchers, les pâtissiers et les coiffeuses qui en ont les plus exposés. On peut aussi citer les microtraumatismes répétés sur les ongles, c’est-à-dire les petites fêlures qui arrivent parfois après des manucures et qui vont favoriser l’accès de ces champignons. Il s’agit là des modes de contamination indirecte, car quels que soient les types de champignons, la contagiosité directe est très faible. Cependant, les patients diabétiques et immunodéprimés en font facilement.

Quelle description faites-vous de cette affection ?

Elle se manifeste de plusieurs manières. L’ongle a plusieurs parties: on a la partie proximale qui est l’arrière de l’ongle, la partie distale qui est le bout de l’ongle et les replis latéraux. Il y a plusieurs variétés cliniques en fonction du type de germe et de la localisation. Au niveau des ongles de pieds, on a généralement un type de champignons fréquemment rencontrés qu’au niveau des ongles des mains. Cliniquement, il y a plusieurs présentations : épaississement, décollement, friabilité de l’ongle, changement de coloration (jaune, vert, noir etc.). Il peut arriver que d’autres germes viennent surinfecter, ce qui va entraîner une variation de coloration. Les dermatophytes touchent généralement les pieds, et les candidats, les mains.

Comment se fait le diagnostic ?

Celui-ci est fortement suspecté sur le plan clinique. En fonction de l’interrogatoire qu’on aura mené avec le patient, on peut suspecter une mycose. Il faut savoir qu’il y a beaucoup d’autres pathologies de l’ongle qui peuvent simuler la mycose. C’est pour cela que lorsqu’on en suspecte une, il vaut mieux faire un prélèvement mycologique. On préserve l’ongle malade qu’on met en "culture" pour l’examen mycologique. L’examen peut être négatif, mais si le dermatologue suspecte une onychomycose, il peut demander de refaire un nouveau prélèvement pour avoir la certitude qu’il s’agit ou pas d’une mycose des ongles. L’intérêt de ce prélèvement réside dans le fait que le traitement des mycoses est très long - 3 à 6 mois, parfois 18 mois - et coûteux.

A propos des traitements justement, quels sont-ils ?

La thérapeutique est multiple et variée. Il y a des molécules qu’on peut prendre par voie générale, c’est-à-dire par la bouche. A côté, il y a le traitement local : les crèmes et les solutions filmogènes.

Est-ce qu’une onychomycose peut entraîner d’autres problèmes de santé ?

Pas vraiment. Tout ce qu’on peut avoir, c’est le préjudice esthétique. Si les femmes peuvent la camoufler avec des ongles artificiels ou du vernis, ce n’est pas le cas des hommes. Parmi les sujets qui ont des mycoses des pieds, 1/3 ont souvent des mycoses des ongles.

Peut-on s’en prémunir ?

Pour les professions à risque, il faut porter des gants de ménage, éviter de marcher pieds nus, surtout dans les douches et piscines publiques.

Propos recueillis par Patricia Ngo Ngouem

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !