Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

De nouveaux médicaments disponibles contre les Méningites - 26/09/2011 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Plus de 13 700 flacons de ceftriaxone, un médicament destiné au traitement de la méningite, ont été réceptionnés, vendredi dernier, par le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. La cérémonie, riche en significations, a trouvé dans le propos de l’ambassadeur de la République arabe d’Egypte au Cameroun, Ibrahim Moustapha Hafez, son sens profond : fraternité et partage. Des sentiments qui, de l’avis du diplomate, ont présidé à la décision par son pays de faire ce don au Cameroun.

A la bonne heure, puisque le contexte actuel, avec ses résurgences épidémiques, la nécessité de moderniser les traitements jusqu’ici administrés aux malades et l’ambition du gouvernement camerounais de mettre fin aux ravages de cette maladie, interpelle effectivement à l’action. Quelques illustrations de l’ampleur du problème légitiment ce déploiement. Selon le ministre de la Santé publique, courant 2011, sept districts de santé dans la région de l’Extrême-Nord et trois dans le Nord ont été placés en situation d’épidémie. Plus globalement, dans les 179 districts de santé que compte le Cameroun, 166 décès des suites de méningite ont été enregistrés…

Les médicaments mis à la disposition du pays – il y en a suffisamment pour soigner environ 5 000 malades – sont à cet égard une bouffée d’oxygène, que les spécialistes apprécient à leur juste valeur. Ils affirment par exemple que le traitement jusque-là utilisé, notamment le chloranphénicol huileux, présentait quelques faiblesses : il était de moins en moins disponible sur le marché, parce que les firmes pharmaceutiques n’en fabriquent presque plus. Par ailleurs, il causait un certain nombre d’effets indésirables chez les patients.

Serge Olivier OKOLE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !