Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Lazare Kaptué : nous ne formons pas des médecins au rabais - 20/12/2011 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le président de l’Association pour l’éducation et le développement (Aed) promotrice de l’Université des montagnes ne doute pas de la qualité de ses produits. Le jeudi 15 décembre 2011, l’Udm a mis sur le marché de l’emploi trente neuf nouveaux médecins. Cette nouvelle vague vient s’ajouter aux trente sortis du même moule au début du mois de novembre dernier.

Quel bilan faites-vous ?

Dans l’ensemble, le bilan est positif. Vous avez vu le pourcentage de ceux qui ont été reçus aujourd’hui [15 décembre 2011, Ndlr] en médecine [39/39]. En médecine ou en Master, le jury n’a pas été complaisant. Il a fait son devoir et rien que son devoir. Ceux des étudiants qui ont été reçus l’ont mérité. Il en est de même de ceux qui ont été recalés, notamment les étudiants de 6e année médecine qui voulaient passer à l’étape supérieure [38 sur 41].

Pensez-vous que les étudiants nouvellement sortis puissent impulser une certaine dynamique au Cameroun ?

Bien sûr. C’est là l’objectif. En technologie, notre souhait c’est qu’ils puissent même découvrir des choses qui vont révolutionner la technologie, pourquoi pas. Si non, on ne le ferait pas. C’est notre souhait le plus ardent.

Comment appréciez-vous le niveau des médecins qui ont été produits par l’Udm ces derniers jours ?

Tous ceux qui ont été reçus le méritent amplement. Parmi eux, il y en a qui ont eu des mentions [3 sur 39 avec mention honorable] et ceux qui ont eu autour de 60%. Vous savez, dans tous les milieux universitaires, c’est comme ça. On a trois niveaux, ceux qui sont en tête, au milieu ou en bas. D’une façon générale, tous ceux dont on a validé le cursus académique ont le minimum requis pour être médecins. Nous sommes satisfaits de ces résultats.

A quel niveau peut-on encore faire des améliorations ?

En ce qui concerne les médecins, nous allons renforcer l’enseignement pratique. Avec l’ouverture des Cliniques universitaires des montagnes (Cum), la possibilité nous est offerte maintenant de les encadrer davantage. Parce que, jusqu’à présent, ils étaient tous envoyés ailleurs : Douala, Yaoundé, Bamenda, Bafoussam etc. Désormais, l’encadrement clinique sera amélioré. Et nous sommes sûrs qu’ils seront beaucoup plus performants que leurs aînés.
L’Ordre national des médecins a jugé, il y a quelques jours, que la formation des médecins se fait au rabais dans des instituts privés au Cameroun. Qu’en pensez-vous?
Sur quelle base l’Ordre des médecins a-t-il porté ce jugement ? Est-ce qu’il a évalué? La Fonction publique camerounaise a organisé un concours, il y a deux, et je crois que sur une quarantaine de candidats de l’Udm, il y a eu un seul qui a été collé. Et ce candidat a été recalé tout simplement parce qu’il avait un problème au niveau de ces pièces. Il y a eu une pièce qui portait deux dates différentes. Sur le plan de la compétence, renseignez vous à la Fonction publique pour avoir la performance des étudiants de l’Udm.

J’ai toujours demandé à l’université de Yaoundé I de faire passer les mêmes épreuves à ses étudiants et aux nôtres, pour qu’on puisse voir qui sont les plus forts. Quand nous envoyions les premières promotions de l’Udm à l’université de Kinshasa, nos étudiants passaient les mêmes épreuves que leurs camarades qui avaient suivi leur cursus à Kinshasa. Il n’y avait pas des épreuves spéciales pour les uns ou les autres. Tant que cela n’est pas fait, les jugements qu’on peut faire n’ont pas de fondement.

Vous voulez dire que la formation donnée à l’Udm répond au standard international ?

En tout état de cause, ayant le privilège d’avoir enseigné dans les deux institutions, je puis vous dire qu’à Bangangté nous n’avons aucun complexe vis-à-vis de la faculté de médecine de Yaoundé I. Et je peux le dire à haute et intelligible voix. Nous avons convié l’Ordre des médecins pour venir être témoin [aucun représentant de l’Ordre n’y a assisté]. L’Ordre n’est pas membre du jury.

L’Ordre n’est qu’observateur. Si personne n’est venu, c’est le droit le plus absolu de l’Ordre. Si nous ne respections pas les normes internationales, on ne serait pas là. Nous ne formons pas des médecins uniquement pour Bangangté ou le Cameroun. Nous respectons et appliquons les normes internationales. Nous ne formons pas des médecins au rabais. Nous avons actuellement nos produits aux Etats-Unis d’Amérique, en Europe et en Afrique. Allons dans des hôpitaux pour avoir le jugement qu’on porte sur eux.

Propos recueillis par Michel Ferdinand, à Bangangté

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !