Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Diabétiques : les bracelets d’alerte disponibles - 17/01/2012 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour faire face aux erreurs médicales souvent fatales à ces malades, divers gadgets identifiants sont désormais en circulation au Cameroun. « Je suis diabétique », « I am diabetic » ! Deux phrases apparemment plus qu’informatives, inscrites sur le bracelet en caoutchouc que porte Dieudonné Yang, jeune étudiant.

Dans le taxi qui le conduit ce lundi matin de la maison de ses parents à Biyem-Assi au campus de Ngoa-Ekelle, le bracelet qu’il porte, du moins, le message inscrit dessus, fait l’objet d’un débat passionné. « A quoi ça sert d’afficher sa maladie de cette façon ? Tu espères recevoir de la pitié ? », demande le chauffeur du taxi. La discussion est lancée avec les autres passagers du véhicule. Mais lorsque le garçon arrive enfin à placer un mot, il soutient qu’il n’est pas question d’exposer sa maladie, mais d’informer les gens, notamment le personnel médical. « Le diabète est une maladie particulière. On ne prend pas n’importe quel médicament mais comme on perd assez souvent connaissance, les gens qui nous portent secours ne le savent pas et nous injectent souvent des produits qui réaniment les autres mais tuent le diabétique », explique l’étudiant. Il souligne enfin « qu’avec ce bracelet, lorsqu’un malade de diabète est porté d’urgence à l’hôpital, les médecins savent qu’il faut prendre des dispositions particulières ».

En effet, le port d’un « bracelet alerte médical diabétique » est impératif aux USA et dans la plupart des pays d’Europe. Tout simplement parce que « les diabétiques peuvent avoir des urgences médicales à tout moment. Et s’ils ne sont pas avec quelqu'un qui connaît les détails de leur condition médicale, des erreurs médicinales pourraient être faites », selon Angeline Mvom, vice-présidente de l’Association camerounaise de diabète (ACADIA). La dame est à l’origine du port des bracelets qui commencent à rentrer dans les usages au Cameroun. « J’ai rapporté un stock d’environ 500 bracelets des USA, il y a un peu plus d’un an. Ça a été distribué gratuitement mais par rapport au nombre de diabétiques au Cameroun (900.000), c’était insignifiant », regrette Angeline Mvom. Aussi, se propose-t-elle d’en faire fabriquer sur place au Cameroun, « vu que c’est un objet très important fait à base de caoutchouc, du reste produit localement ». D’autres malades l’ont acquis par leurs propres moyens. C’est pourquoi on voit souvent des bracelets en aluminium ou en cuir.

Pour les diabétiques et leurs proches, la confection et la distribution des plaques et bracelets d’alerte sont salutaires. Tant l’on a souvent enregistré des décès au sein de la population, juste par ignorance. Maintenant, il y a lieu de sensibiliser le personnel médical, afin qu’il prête véritablement attention à ces gadgets vitaux.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !