Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le choléra régresse dans le Littoral - 04/06/2012 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

33 cas de choléra dont 1 mort ont été recensés dans la région du Littoral depuis le début de cette année. La trentaine de malades proviennent essentiellement de six formations sanitaires du Wouri. L’un de ces cas a été enregistré le 5 février dernier. Pour le secrétaire d’Etat à la Santé publique chargé des épidémies et des endémies, les statistiques sont encourageantes. Rien à voir avec les chiffres que le Littoral affichait à la même période l’année dernière. Mais, il précise que ce n’est pas une raison pour dormir sur ses lauriers.

Alim Hayatou, qui présidait la cérémonie de lancement de la campagne nationale de lutte contre le choléra à Douala, a exhorté les acteurs à continuer le combat. Selon lui, bien que la situation ne soit pas alarmante, la ville de Douala est un grand foyer à surveiller de très près. Il a encouragé toutes les entreprises citoyennes qui s’impliquent dans la lutte contre ce fléau.

D’après le gouverneur de la région du Littoral, Joseph Beti Assomo, président du comité de lutte contre le choléra, à la veille de grandes pluies qui caractérisent le climat de la ville, il est temps de prendre des dispositions sécuritaires. D’autant plus que pendant la saison pluvieuse, Douala est un foyer à haut risque. Il est donc primordial de vivre dans un environnement sain, d’éviter la promiscuité, l’insalubrité et surtout veiller à ce que toutes les règles d’hygiène soient respectées.

En ce qui concerne l’année dernière, le délégué régional de la Santé pour le Littoral avance le chiffre de 5463 cas recensés en 2011 dans la région du Littoral, pour 105 décès. Le nombre de districts de santé touchés par l’épidémie est de 18 sur 19. Le Dr. Martin Yamba Beyas explique qu’à la 22e semaine épidémiologique de l’année 2012, le taux de létalité régional est de 3,03%.

La fin de la cérémonie a été consacrée à la remise d’outils de sensibilisation au délégué régional de la Santé. A suivi d’une visite de stands hygiène, stands démonstration des techniques de potabilisation de l’eau, reconstitution de la solution de réhydratation orale et bien d’autres à la Salle des fêtes d’Akwa.

Josy MAUGER

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !