Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Fièvre jaune : Le risque minimum - 19/11/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Malgré quelques alertes, la maladie tend à disparaître au Cameroun. Entre 2003 et 2006, on a enregistré huit cas confirmés de fièvre jaune au Cameroun. Pour l’année 2005, seize districts de santé à haut risque ont été identifiés dans les provinces du Centre, de l’Est, de l’Extrême Nord et de l’Adamaoua. Selon l’Organisation mondiale de la santé, un seul cas confirmé de fièvre jaune est synonyme d’épidémie.

Suite aux premiers cas enregistrés en 2003, le ministère de la Santé publique a introduit le vaccin antiamaril (VAA), dans le Programme élargi de vaccination de routine (PEV), dès janvier 2004. Et en avril 2004 des campagnes de riposte ont été organisées dans les localités concernées. Par ailleurs, le gouvernement a également pris la résolution de renforcer la surveillance épidémiologique qui demeure encore faible dans quelques districts à hauts risques.

Présente dans 34 pays africains, dont le Cameroun qui a un écosystème favorable à l’émergence de la maladie, la fièvre jaune sévit de manière constante. Les populations rurales sont les plus exposées, car plus en contact avec le vecteur au cours des activités agricoles. Selon un rapport du PEV, " les épidémies peuvent aussi éclater en milieu urbain parce que le vecteur (Aedes haemogus, un moustique), réside de façon permanente ou saisonnière dans les gîtes péri-domestiques tels que les réserves d’eau, les vieux pneus, …

Pour l’heure, il n’existe pas de traitement spécifique pour la fièvre jaune. Les soins consistent au traitement des signes et symptômes de la maladie, d’où la nécessité de la vaccination. Dans sa forme majeure, la maladie est fatale en dix jours dans plus de la moitié des cas. Dès qu’un un cas est suspecté, une dose de VAA est administrée gratuitement à toutes les populations âgées de six mois et plus. Mais en fonction du PEV de routine, il est administré aux enfants de neuf mois et aux femmes enceintes. Une dose du vaccin assure une protection absolue contre la fièvre jaune pendant dix ans.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !