Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

La prescription de l’OMS pour la prise en charge des porteurs du VIH - 02/12/2013 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Organisation mondiale de la santé recommande de démarrer le traitement plus tôt. Que de stratégies échafaudées pour éliminer le VIH/sida ! L’Organisation mondiale de la santé (OMS), a publié de nouvelles recommandations thérapeutiques concernant le VIH. L’OMS propose notamment le traitement antirétroviral (TAR) à un stade plus précoce. Des enquêtes récentes indiquent qu’un TAR administré plus précocement aide les personnes porteuses du VIH à vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Cette attitude réduit également substantiellement le risque de transmission du virus à d’autres personnes. Cette nouvelle approche pourrait éviter 3 millions de décès et prévenir 3,5 millions de nouvelles infections par le VIH. Des données révèlent que 9,7 millions de personnes dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires prenaient ces médicaments à la fin de l’année 2012. Selon des chiffres disponibles, près de 10 millions de personnes sont maintenant sous traitement antirétroviral. Les nouvelles recommandations encouragent tous les pays à mettre en route le TAR chez les adultes vivant avec le VIH.
L’OMS fait également savoir que si les pays peuvent intégrer ces changements dans leur politique nationale concernant le VIH, des bénéfices sanitaires importants tant en termes de santé publique qu’à l’échelle individuelle peuvent être engrangés. Les nouvelles recommandations prévoient aussi de fournir un traitement antirétroviral, indépendamment aux enfants vivant avec le VIH de moins de 5 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes porteuses du VIH et aux partenaires séropositifs pour le VIH lorsque l’un des partenaires n’est pas infecté. L’Organisation mondiale de la santé continue de recommander que toutes les personnes vivant avec le VIH et atteintes d’une tuberculose évolutive ou d’une hépatite B au stade maladie reçoivent le traitement antirétroviral. Le Fonds mondial et l’OMS collaborent pour appuyer les pays dans la progression vers l’élimination du VIH en tant que menace pour la santé publique. Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial a financé plus de 1000 programmes dans 151 pays, fournissant un traitement contre le VIH à plus de 4,2 millions d’individus.

Brice MBEZE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !