Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Le Paludisme - Plus d'informations


Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

« Chacun d'entre nous a mal à la tête au moins une fois au cours de l'année. Il peut prendre différentes formes et durer de quelques heures à quelques jours. Les maux de tête les plus fréquents sont les céphalées de tension et la migraine. Les femmes ont plus souvent mal à la tête que les hommes. Les causes des maux de tête sont généralement sans gravité mais peuvent plus rarement être un symptôme d'une autre maladie plus sérieuse. »

Quels sont mes symptômes ?

Comment soulager ma douleur ?

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique pour savoir comment :

  • Identifier le mal en fonction de vos symptômes ;
  • vous soulager efficacement et rapidement ;
  • diminuer les risques de le subir à l'avenir.

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Consultez la fiche de synthèse « J'ai mal à la tête » élaborée pour vous par les experts du Club douleur Afrique

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Hôpital central de Yaoundé : 80 ans et toujours incontournable - 14/01/2014 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Hôpital central de Yaoundé (HCY), créé en 1934, célèbrera son 80e anniversaire cette année. 80 ans : toute une histoire. L’histoire d’une vie. Elles sont rares de nos jours, les personnes capables de la conter. Le temps a fait son œuvre. François O., 64 ans, fils d’un médecin de la toute première génération de noirs à accéder à cette fonction, se souvient vaguement que son père a travaillé au dispensaire de Messa, actuel service des urgences de l’Hôpital central. « Le dispensaire était alors spécifiquement dédié à l’accueil et au traitement des fonctionnaires malades.

C’était dans les années 70 », assure-t-il sans autre précision. Depuis les années 90, le dispensaire a été phagocyté par l’Hôpital central. Si la vieille bâtisse, tout comme d’autres pavillons surannés de la formation sanitaire, pouvait parler, l’on en saurait certainement un peu plus sur sa genèse.

Au demeurant, infirmiers, médecins, stagiaires, personnels administratifs et autres spécialistes, personnalités, grands malades… la « vieille dame » en a vu. « En 80 ans, il en est passé du monde dans cet hôpital : c’est indéniable ! Beaucoup, patients et personnels traitants, ne sont plus de ce monde. Ç’ aurait été enrichissant qu’ils nous racontent les tout premiers pas de cet hôpital, surtout quand on connaît le dévouement des gens de cette époque-là », confie une infirmière. Samson B., 74 ans, cadre de banque à la retraite et usager régulier de l’hôpital où il est suivi pour diverses maladies, assure que l’institution a connu ses plus grandes mutations depuis la fin des années 80. « Seul hôpital au plateau technique d’un certain niveau pendant des décennies, il était très sollicité et surexploité. Les lieux étaient connus pour être extrêmement sales. C’était un fouillis sans nom. Pour rencontrer un spécialiste, il fallait se lever tôt. Depuis, les choses ont bien changé », affirme le septuagénaire.

De fait, de nouveaux bâtiments et spécialités ne cessent de voir le jour au sein de l’institution. Il en va de même pour les équipements et les technologies médicales. « L’Hôpital central est une succession d’histoires. Aujourd’hui, il y a un hôpital de jour qui permet la prise en charge des personnes atteintes du VIH/Sida. C’est quelque chose qui n’existait pas avant. Il y a plein de structures comme celle-ci à l’hôpital. Au fur et à mesure que le besoin se fait sentir et selon la disponibilité des moyens, nous essayons d’arrimer l’hôpital à la modernité. Les mutations ici sont quasi permanentes. Ça bouge tout le temps », confie un membre du staff administratif sous anonymat.

Avec les Yaoundéens et les populations environnantes, les relations sont quasi affectives. « Ici, on a guéri plus d’une fois des membres de ma famille. Avec le temps, nous avons vu beaucoup de services se greffer à l’existant pour le bien-être de tous. J’ai noué de bons contacts avec les équipes médicales. Même par téléphone, je bénéficie d’un judicieux conseil de la part d’un pédiatre ou d’un généraliste. Une fois, j’avais un parent accidenté dont la vie ne tenait qu’à un fil. Les médecins qui étaient de repos se sont mobilisés pour lui sauver la vie. C’était extraordinaire ! », témoigne dame Jeannette Amou’ou, enseignante de 45 ans. Depuis 1934 donc, le HCY poursuit son bonhomme de chemin, traînant diverses pathologies dues à son âge avancé. Néanmoins la poursuite de son extension, avec entre autres le Centre national des urgences en construction et ses différentes spécialités, confirme sa position d’hôpital de référence sur la carte sanitaire nationale.

Yvette MBASSI-BIKELE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !