Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Vaccination, devoir parental - 22/01/2015 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Voici donc une nouvelle opération de santé infantile initiée par le ministère de la Santé publique sous le label de « deux tours de Journées Nationales de Vaccination (JNV) contre la poliomyélite » prévus du 23 au 25 janvier prochain avec du Vaccin Polio Oral (VPO) trivalent et du 25 février au 1er mars avec du VPO bivalent. Ces journées seront déployées, bien entendu sur l’ensemble du territoire national. Sont concernés les enfants des 10 régions du pays y compris chez les réfugiés qui se comptent par milliers sur l’espace national.

Il est établi de manière irréfutable par les compétences dans le domaine médical que le vaccin demeure la voie royale pour se protéger contre certaines maladies dont la poliomyélite qui a connu un développement dangereux face aux résistances affichées par certaines populations. Des poches de résistances animées par des préjugés fallacieux allant dans le sens de décourager les parents à faire vacciner leurs progénitures. Il n’est un secret pour personne que des responsables de certains établissements dans le primaire, notamment privé, ont fermé la porte aux agents vaccinateurs, empêchant ainsi les écoliers de recevoir leur dose du précieux vaccin à laquelle ils avaient droit, et gratuitement. De même certaines églises de réveil qui prolifèrent dans notre pays se distinguent négativement par leur discours négationniste à l’endroit de leurs ouailles contre l’exigence de faire vacciner les enfants.

Pourtant, s’agissant de la poliomyélite dont il est principalement question dans la campagne lancée par le gouvernement, on a affaire à une maladie infectieuse grave et très contagieuse. Elle est provoquée par un virus, le polio virus, qui a la capacité d’envahir le système nerveux. La maladie se manifeste tout d’abord par des symptômes voisins de la grippe. Dans la majeure partie des cas, elle va rapidement entraîner une paralysie irréversible. Lorsque cette paralysie atteint les muscles respiratoires, le malade est condamné à une mort atroce. Chez les victimes, la polio est à l’origine des handicaps permanents, le plus souvent, très importants. Le drame pour les parents négligents et même pour la société en général, c’est qu’il n’existe pas de traitement pour la maladie. Cependant, un vaccin efficace existe. Du moins pour les enfants de 0 à 5 ans, ce vaccin est gratuit. C’est pourquoi, fort heureusement cette maladie mortelle est en voie de disparition. Toutefois, le refus de la vaccination par certaines communautés pour des convenances religieuses ou coutumières, la faible fréquentation des formations sanitaires par des parents irresponsables, le non-respect du calendrier vaccinal et l’offre de vaccination très réduite rendent difficile l’éradication de cette affection. Mais pour faire face à cet enjeu majeur en matière de santé publique et pour promouvoir de manière efficace le bien-être des populations, il ne faut surtout pas baisser la garde. Il ne faut pas oublier que le Cameroun est le seul pays d’Afrique centrale à avoir été affecté par l’épidémie en 2013. Ce qui donne à réfléchir et invite à être plus offensif dans la sensibilisation des populations et dans les campagnes entreprises dans cette dynamique. Les parents, responsables au premier degré de leurs progénitures doivent être à l’avant-garde du combat pour toutes les vaccinations, dès la naissance et plus tard. Aussi, tous les vaccins prévus dès le départ sont-ils, par essence obligatoires. Et cela, c’est la responsabilité originelle et incontournable de tout parent. Il est, en effet, important que la société porte en permanence le message selon lequel la vaccination peut sauver les vies. Mais également qu’elle ne tue pas contrairement à tous les préjugés reçus. A cet égard, dans tous les foyers, les associations diverses et les regroupements traditionnels et religieux, le relais parental pour traduire sur le terrain ce message fondamental est incontournable au premier chef. Même si la société et les pouvoirs publics ont également leur partition majeure à jouer.

WAFFO MONGO

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !