Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le Cameroun aux petits soins - 30/01/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

C’est l’un des secteurs d’activité où la coopération Chine-Cameroun est particulièrement visible. L’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Ngousso, à Yaoundé est peut-être à l’heure actuelle, le plus beau fleuron de la coopération médicale entre la Chine et le Cameroun. Dans cette formation hospitalière de référence inaugurée le 28 mars 2002 par le président de la République, en présence du vice-Premier ministre chinois de la Santé, Ma Xiaowei, spécialistes camerounais et chinois se côtoient au quotidien dans une harmonie exemplaire. Et surtout dans une action complémentaire.

Et si plusieurs habitants de Yaoundé l’appellent " Hôpital chinois ", c’est bien parce que, à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique, on a presque toujours le choix entre la médecine moderne et la médecine chinoise avec de part et d’autre, des solutions efficaces aux multiples maux.

De toute façon, l’arrivée de cette structure dans le paysage hospitalier de la capitale camerounaise ne passe pas inaperçue. Elle est indéniablement venue renforcer une coopération déjà très fructueuse dans le secteur de la santé. En fait, la présence médicale chinoise au Cameroun, qui remonte à près d’une vingtaine d’années, a vu des spécialistes chinois se bâtir une forte réputation au Cameroun. Dans un premier temps à Mbalmayo et Guider, où ils ont contribué au développement des services de santé de base à moindre coût. On a encore en mémoire, le souvenir de cette ruée des patients vers Mbalmayo. Avec moins de 25.000 F Cfa, on repartait d’une consultation ophtalmologique, avec une nouvelle paire de lunettes médicales. Il faut désormais compter avec Ngousso, où des équipes permanentes travaillent aux côtés des spécialistes camerounais. Mais aussi Buéa, où l’hôpital provincial a été entièrement réhabilité grâce à la coopération chinoise.

En dehors de ces soins administrés de manière directe par des médecins chinois dans les hôpitaux camerounais, l’Empire du milieu a assuré et continue à assurer la spécialisation de nombreux médecins originaires du Cameroun. L’ouverture des institutions universitaires chinoises aux Africains et notamment aux Camerounais a en effet permis à beaucoup de cadres d’y continuer leurs études. Et connaissant la réputation de la médecine chinoise, on peut dire qu’ils sont à la bonne école.

Yves ATANGA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !