Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Maladies parasitaires : Personne n’est épargné ; Environ 12 millions de Camerounais sont parasités, enfants et adultes compris - 27/02/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Plus de dix millions de Camerounais sont parasités par les vers intestinaux et deux millions d’autres par la bilharziose. Cependant, les enfants d’âge scolaire (6 — 15 ans), constituent le groupe le plus vulnérable à cette deuxième maladie. Les pêcheurs et les agriculteurs sont également des groupes à haut risque d’infection. C’est ce bilan qui a motivé la création du Programme nationale de lutte contre la schistosomiase et les helminthiases intestinales (PNLSHI) en 2003. Programme qui à son tour a initié la campagne nationale de déparasitage des enfants d’âge scolaire, lancée le 20 février dernier à Saa par Urbain Olanguena Awono, ministre de la Santé publique et Haman Adama, ministre de l’Education de base.

Alors que tout le monde peut être sujet aux vers intestinaux, la bilharziose sévit dans des zones spécifiques. " Les trois provinces septentrionales sont les plus touchées. Mais des foyers ont également été repérés dans le département de la Mémé (Sud-Ouest), le Moungo (Littoral) et le Mbam-et-Inoubou (Centre) ", indique le Pr. Louis-Albert Tchuem Tchuente, secrétaire permanent du PNLSHI. A titre d’illustration, une étude réalisée à Loum dans le Moungo en 2000 a montré que 63% des enfants étaient infectés par la bilharziose et que la majorité pissait du sang. Heureusement, après des interventions du PNLSHI, le taux de prévalence est estimé à seulement 3% en 2007. Cette parasitose est la plus sévère et se reconnaît par la présence de sang dans les urines — en cas de bilharziose urinaire et dans les selles, des diarrhées fréquentes, des douleurs abdominales et un ventre ballonné.

Ces maladies parasitaires qui sont essentiellement liées à la pauvreté provoquent de nombreux ravages surtout chez les enfants. Le retard de croissance, la baisse du développement intellectuel, l’accroissement de la morbidité et la vulnérabilité à d’autres maladies en sont les principales conséquences. Si un accent particulier a été mis sur les enfants dans le cadre de la campagne en cours, c’est parce que l’impact de l’infection sur leur organisme est particulièrement grave. De plus, la scolarité de beaucoup est compromise du fait de l’absentéisme ou de l’incapacité à se concentrer en classe. Par ailleurs, l’utilisation du système scolaire et le recours aux enseignants pour la distribution des vermifuges garantissent un meilleur rapport efficacité-prix.

Mais comme a tenu à préciser la Pr. Tchuem Tchuente, l’homme est le principal vecteur de la maladie. " Pour ce qui est de la bilharziose, une personne parasitée contamine l’eau en faisant ses besoins dans la nature. Les autres s’infestent au contact de l’eau douce contaminée, au cours des activités quotidiennes comme la baignade, la vaisselle, la lessive ou les activités professionnelles telles la culture du riz, l’irrigation, la pêche, etc. ", explique le parasitologue. La transmission des vers intestinaux, quant à elle est liée aux mauvaises conditions d’hygiène.

Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !