Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Des morts au Cameroun à cause d'un antipaludéen contrefait - 31/01/2018 - Cameroun 24 - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un antipaludéen contrefait dénommé le « Co-Arinate » vendu actuellement dans les pharmacies au Cameroun a déjà provoqué la mort d’au moins deux personnes notamment à Douala et à Yaoundé, révèle mercredi APA citant le Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise (LANACOME).

La dernière victime en date serait un enfant de sept ans, d’après ce laboratoire qui a saisi par voie de correspondance le ministère de la Santé publique (MINSANTE) à travers la direction de la pharmacie, du médicament et des laboratoires (DPML) pour que des mesures soient rapidement prises afin de retirer de la circulation, le médicament contrefait.

Dans cette note dont APA a obtenu copie, le laboratoire attire l’attention du ministère de la Santé sur la nécessité de mener des contrôles afin de s’assurer du retrait effectif de cet antipaludéen contrefait, a notamment précisé qu’après un cas similaire constaté à Douala, « un incident est survenu dans la ville de Yaoundé, où un jeune patient de six ans est décédé après la consommation d’un antipaludéen Co-Arinate ».

Plus loin dans sa lettre, le destinateur relève que la seconde information c’est que « le LANACOM a mené des investigations qui ont porté entre autres, sur l’indentification du produit incriminé ».

Aux dernières nouvelles, le MINSANTE, le LANACOME avec l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun (ONPC) seraient à pied d’œuvre pour que cette « poison » puisse être rapidement neutralisée afin d’éviter d’allonger la liste des victimes », ont rassuré les autorités sanitaires.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !