Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

La santé d'abord - 01/03/2018 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Depuis lundi dernier, l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé sensibilise sur les cancers gynécologiques. Eveiller les consciences des femmes sur les ravages des cancers du col de l’utérus et du sein. C’est l’objectif que s’est fixé l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY) à travers une campagne de dépistage gratuit, des cancers du col de l’utérus et du sein depuis lundi dernier.

Une action qui a lieu chaque année. C’est une campagne adossée à la Journée Internationale de la Femme (JIF) pour une meilleure et rapide prise en charge des femmes. A cette occasion, six boxes sont mis à disposition afin d’accueillir le flux de dames dont l’âge oscille entre 25 ans et 70 ans.

« Je suis toujours fidèle à ce rendez-vous dans cet hôpital. Je pense qu’il est important de mettre un accent sur la prévention afin que les médecins puissent intervenir à temps », confie Jeannette Fokam, commerçante.

Avant le dépistage proprement dit, le Dr Isaac Sandjong, procède d’abord par explication dans la perspective de fournir des astuces de diagnostic à ces femmes, en insistant sur l’autopalpation des seins. « Nous recherchons les légions précancéreuses que nous pouvons traiter avec une facilité dérisoire.

Parce que sur 100 femmes atteintes de cancer, 45% sont soit ceux du sein, soit ceux de l’utérus. Ils dominent le tableau pourtant on peut les prévenir », précise le spécialiste. De l’autre côté, d’autres écoutent religieusement le Dr. Suzy Hamo, néphrologue.

Elle sensibilise sur les affections rénales, considérées comme des tueurs silencieux. Pour les cas déclarés positifs, la prise en charge et le suivi sont garantis par l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. Celles qui traînent le pas ont jusqu’à demain pour se rattraper.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !