Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le ver de Guinée, c’est fini - 28/03/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La lettre de certification de l’éradication de la dracunculose au Cameroun a été transmise hier au ministre de la Santé publique par la représentante de l’OMS. Beaucoup étaient sceptiques. Mais la bonne nouvelle est tombée : le ver de Guinée est éradiqué. Il s’agit de ce terrible mal qui se propageait à travers des parasites vivant dans les eaux sales et surtout des marécages dans nos villes et campagnes. Les provinces les plus concernées étaient l’Extrême-Nord et le Sud-Ouest. La maladie a donc été éliminée. Et la nouvelle était de taille. C’est pour cela que le ministre de la Santé en personne, Urbain Olanguena Awono, a fait l’annonce solennelle au cours d’un point de presse hier, à l’hôtel Hilton de Yaoundé. C’était en présence du Dr Hélène Mambu-ma-Disu, représentante de l’OMS au Cameroun et de Mariam Coulibaly Ndiaye, représentante de l’UNICEF au Cameroun.

Il y a d’abord eu la projection d’un film : " Il était une fois le ver de Guinée ". Pendant dix minutes, on a appris que la dracunculose a été pendant longtemps un cauchemar pour les populations. L’absence d’eau potable, l’eau des mares et des mayos infectés en étaient les principales causes. Bref, le ver de Guinée touche les pays qui n’ont pas accès à l’eau potable. Les personnes infectées étaient paralysées. Pour le soigner, on devait extraire le ver et faire des pansements. Selon le Dr Dama, Coordonnateur national du programme de lutte contre cette maladie, les premiers cas ont été signalés au Cameroun en 1967. C’est en 1976 que le ver de Guinée a été posé comme problème de santé publique.

Pour arriver à éradiquer cette maladie, selon le Dr Charles Nsom Mba, sous-directeur des Autres maladies endémiques au Minsanté, un système de surveillance épidémiologique très rigoureux a été mis en place. Il consistait à faire des tours réguliers dans les villages. Des personnels formés veillaient nuit et jour pour signaler des cas. Par ailleurs, de nombreuses mesures ont été prises par le gouvernement : renforcement de la surveillance épidémiologique du ver de Guinée, ravitaillement en eau potable, information et sensibilisation du public à travers les médias. Depuis 1997, aucun cas de dracunculose n’est signalé au Cameroun. Mais de nombreuses personnes portent encore des séquelles aujourd’hui. " C’est le 7 mars dernier que la Commission internationale de certification de la Dracunculose s’est prononcé pour le cas de notre pays " avance le Dr Dama.

Hier, la représentante de l’OMS au Cameroun a lu et transmis la lettre de certification de l’élimination de la dracunculose ou ver de Guinée au Cameroun. Et le ministre Olanguena Awono, en prenant acte de la lettre de l’OMS, a déclaré officiellement à tout le public que le Cameroun est indemne de la dracunculose : " Après le Sénégal, c’est le deuxième pays à éradiquer le ver de Guinée ".

Marthe BASSOMO BIKOE

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !