Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

E-santé : L'Afrique à la page - 22/07/2019 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le numérique a fait sien le monde de l'entrepreneuriat. Le domaine de la santé n'échappe pas à cette marche résolue vers la digitalisation. Les jeunes entrepreneurs africains l'ont bien compris. Au Cameroun, des exemples comme le Cardio Pad d'Arthur Zang (prise de paramètres cardiovasculaires à distance) ou l'application Gifted Mom d'Alain Nteff (consultation de femmes enceintes à distance), ne cessent de faire parler d'eux un peu plus chaque jour.

Ceci parce qu'ils répondent aux problèmes liés à l'accès aux soins pour la majorité des patients camerounais. Ces difficultés du secteur de la santé ne sont pas propres au Cameroun. Elles existent dans tous les pays africains.

C'est par une amère expérience que le Dr Véna Arielle Ahouansou, médecin béninoise, a décidé de se lancer dans l'entrepreneuriat, dans le domaine de l'E-santé. Elle crée KEA Medicals, la compagnie derrière la carte médicale en ligne retraçant l'historique de santé du patient obtenue grâce à une application mobile. A 27 ans, le médecin-businesswoman nourrit des ambitions continentales, allant jusqu'à la mise en place prochaine d'une assurance santé universelle. Son désir de conquête du marché africain (et même au-delà), elle l'a communiqué aux participants de la deuxième édition de l'EurAfrican Forum, organisé à Cascais au Portugal, du 4 au 5 juillet 2019. A cette occasion, Cameroon Tribune a rencontré le Dr Ahouansou.

Comment avez-vous eu l'idée de créer KEA Medicals ? Je suis médecin de formation et la fondatrice de l'entreprise KEA Medicals, née il y a trois ans d'une situation assez triste, en réalité un événement commun à plusieurs structures de santé à travers le monde. Pour la petite histoire, j'ai perdu une de mes patientes dans une situation dramatique. Une jeune dame qui venait d'accoucher et qui a connu ce qu'on appelle une « hémorragie de la délivrance ». Dans l'urgence, cette dame avait besoin d'une transfusion sanguine pour laquelle il fallait évidemment connaître son groupe sanguin. Pour une femme qui était à son troisième accouchement, c'est l'examen le plus probable qu'on devait avoir à notre disposition.

Et nous n'avons eu aucun moyen de remonter cette information, même si elle avait déjà eu à faire cet examen dans différents hôpitaux. Et comme elle, de nombreux patients décèdent dans des situations similaires parce que les médecins ne sont pas à même d'obtenir de manière rapide l'information du groupe sanguin. Elle a perdu la vie, car on a perdu une quinzaine de minutes à vouloir lui faire un nouveau groupage sanguin pour la prendre en charge. Et c'est donc pour remédier à cela, mais également pour permettre au maximum de patients de bénéficier de meilleures conditions de soins que nous avons développé la plateforme KEA Medicals.

Comment fonctionne cette application médicale ? Elle vise à connecter les différentes structures de santé, que ce soit les hôpitaux, les pharmacies, les laboratoires... à travers une plateforme unique. Grâce à une identité médicale universelle, plus précisément un code QR, nous relions l'historique médical de chaque patient en retraçant tous les hôpitaux par lesquels il est passé. Ce code QR que le patient peut avoir dans son téléphone, derrière sa montre, sera tout simplement scanné et fournira des informations nécessaires aux médecins. Ils sauront le plus rapidement possible s'il est diabétique, allergique à un certain médicament, hypertendu...

Ce sont des informations dont le médecin a besoin pour pouvoir prendre des décisions très critiques. Quel accueil votre entreprise a-t-elle reçu auprès de ses principales cibles que sont les patients et le corps médical ? L'objectif est de rendre la solution KEA Medicals vraiment globale et de permettre aux patients, peu importe où ils se trouvent, d'avoir accès à toutes leurs informations. Nous avons commencé une implémentation au Bénin, mais pas seulement. Nous sommes présents également en Côte d'Ivoire et au Gabon. Après deux ans d'implémentation, nous sommes à plus de 75.000 patients déjà connectés, nous travaillons avec plus de 1500 agents de santé et 32 structures de santé. Cela va au-delà de l'identité médicale universelle, car c'est beaucoup plus un système de santé digital que nous mettons en place pour pouvoir remédier aux barrières qui entravent l'accès aux soins pour les populations, notamment le coût, la difficulté de pouvoir accéder à des spécialistes en raison de certaines positions géographiques.

Mais avec ce système de santé connecté et digital, les populations peuvent accéder à des soins à moindre coût, à des professionnels de santé qualifiés. Ceci permet de répondre aux défis vibrants rencontrés dans le secteur de la santé en Afrique. Justement, comment comptez-vous étendre la portée de KEA Medicals sur l'ensemble du continent ? Cette extension sur le continent a déjà commencé et pris de l'avance. Certes pour le moment nous avons focalisé des ressources en développement au niveau du Bénin, mais déjà nous envisageons une extension sur d'autres pays comme la Côte d'Ivoire, le Nigeria, le Cameroun.

Comme je l'ai dit, la vision est globale, et une identité médicale universelle n'est pas seulement limitée à un pays. Il faut qu'elle soit transcontinentale. Ainsi, si un patient est transféré à l'étranger, il continue de bénéficier de cette même qualité de soins. Pour cela il faut des financements. Nous avons l'accompagnement de certains particuliers et nous avons figuré parmi les 11 lauréats finalistes du Fonds d'innovation de la GSMA qui a organisé une compétition de start-ups en Afrique et en Asie. Des fonds ont donc été mis à notre disposition afin d'accroître notre potentiel de développement. Et en dehors de cela, nous prévoyons une levée de fonds pour continuer l'extension sur de nouveaux marchés. Il y a des difficultés, mais c'est la partie la plus excitante de l'aventure. Nous construisons un écosystème numérique qui n'existait pas ce qui demande de changer toutes les habitudes, éduquer les agents de santé et les populations à une nouvelle manière de faire et c'est un vrai challenge. Il y a aussi le défi de la connexion Internet, qui nous a amené à rendre notre application fonctionnelle même en l'absence de connexion Internet.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !