Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

La médecine traditionnelle se met en règle - 04/04/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministère de la Santé publique a présenté hier les textes qui réglementeront l’exercice de la profession par les tradipraticiens. La médecine traditionnelle fait partie intégrante de notre culture et de nos mœurs. Et pour le ministère de la Santé publique, il devenait impératif de formaliser au Cameroun cet aspect de la santé publique. Hier à l’hôtel Hilton il a donc été question de présenter officiellement au public et aux parties prenantes, les quatre textes qui réglementeront l’exercice de cette profession.

Il s’agit d’un avant-projet de loi portant organisation de cette activité, d’un code de déontologie des tradipraticiens, le plan stratégique national de développement et d’intégration de la médecine traditionnelle au Cameroun, et du projet portant création d’un Comité consultatif national dans le cadre de la médecine traditionnelle.

La médecine traditionnelle est, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), " l’ensemble des connaissances et des pratiques explicables ou non utilisées pour diagnostiquer, prévenir ou éliminer des maladies physiques, mentales ou sociales. Et qui peuvent se fonder essentiellement sur des expériences ou des observations passées transmises de génération en génération oralement ou par écrit. " Et selon le directeur de l’Organisation des soins et de la recherche sanitaire au ministère de la Santé publique, le Dr Martin Ekeke Monono, 80% de la population a recours à cette forme de médecine. Il devenait donc primordial non-seulement de reconnaître son importance de cette médecine, mais aussi de créer un cadre réglementaire juridique afin de donner à la médecine traditionnelle un statut et un code éthique.

Pour exercer dans ce domaine par exemple, le tradipraticien devra avoir un certificat délivré par le ministère de la Santé publique. Et pour pouvoir obtenir ce précieux sésame, il devra jouir d’une certaine notoriété dans son village ou lieu de domicile, être reconnu par les autorités administratives : chef de village, de district, sous-préfet, préfet, et délégué provincial de la Santé publique. Les tradi-tradiciens ne devront pas être spécialisés dans plus de cinq maladies : exit donc les " Dr miracle ". Ils devront par ailleurs soigner leur pharmacopée, présentation, posologie, conservation. En retour, des mécanismes seront mis en place pour la protection de la propriété intellectuelle, la promotion de la recherche, du développement de la production locale et la valorisation du savoir traditionnel.

Pour le Dr Martin Ekeke Monono, le but est aussi de donner à l’opinion publique un aperçu de ce qui est déjà fait dans la tentative d’organiser et développer la médecine traditionnelle. " L’objectif étant que d’ici à 2015, la médecine traditionnelle soit entièrement intégrée dans le système national de santé ", déclare le directeur. D’ici là, les nouvelles conditions d’exercice de la profession permettront d’assainir la profession et de séparer les vrais tradipraticiens de la mauvaise graine. La chasse aux sorcières est lancée.

Marguerite Estelle ETOA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !