Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Décembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Mortalité-infanto juvénile : Les pédiatres disposent de nouvelles stratégies de lutte - 25/11/2019 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ces méthodes ont été adoptées du 20 au 23 novembre 2019 lors du 15e congrès de la Société camerounaise de pédiatrie tenu à Kribi. Selon l'Enquête Démographique et de Santé (EDS), 52 bébés sur 1000 naissances sont décédés au Cameroun en 2018. Et 50% de ces décès sont survenus entre l'accouchement et le premier mois de vie.

La prématurité, l'asphyxie, l'anémie et les infections bactériennes sont alors les principales causes de ces décès qui, d'après les pédiatres, sont contrôlables par un meilleur suivi de la grossesse et de l'accouchement. Pendant quatre jours, les membres de la Société camerounaise de pédiatrie (SOCAPED) se sont réunis à Kribi pour trouver le moyen de sortir de la zone rouge en la matière au Cameroun.

Du 20 au 23 novembre 2019, la ville de Kribi a donc abrité le 15e congrès de la SOCAPED. Les pédiatres associés aux autres acteurs de la santé de l'enfant se sont donnés un défi : celui de réduire, le plus vite possible, le taux élevé de la mortalité infanto-juvénile au Cameroun. D'après le président honoraire de la SOCAPED, le Pr Tetanye Ekoe, ce défi pourrait être relevé si et seulement si le gouvernement apporte son appui. « Le gouvernement avait pris l'engagement de réduire de 25% d'ici 2030 le taux de mortalité infanto-juvénile. 2030, c'est presque demain », fait savoir le pédiatre. Pour les spécialistes de la santé de l'enfant, la mission n'est pas impossible.

Des recommandations ont été faites. Désormais, les pédiatres travailleront en étroite collaboration avec les médecins généralistes, les sages-femmes et les infirmiers entre autres. Ceux-ci seront formés pour mieux gérer les situations dans les zones où n'existe pas de pédiatre. Au gouvernement, ils demandent le matériel nécessaire pour l'accouchement dans les centres de santé. « Le département de l'Océan n'a presque pas de couveuse », a décrié une participante au congrès. L'accès à l'eau potable s'est avéré être un grand remède pour réduire de moitié la mortalité infanto-juvénile. « Nous avons espoir que notre objectif sera atteint », a déclaré le président de la SOCAPED, le Dr Paul Ndende.

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !