Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Sida : des labos font de la résistance - 13/01/2006 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Contrairement aux instituts publics, les structures privées tardent à appliquer les nouveaux tarifs des examens biologiques. Afin de permettre un meilleur accès des personnes malades du sida aux traitements, le gouvernement réduisait le 27 décembre dernier le coût des examens biologiques, qui passait de 16 000 à 3000 Fcfa par personne et par semestre. Selon un communiqué du ministre de la Santé publique, ce nouveau tarif entrait en vigueur dès le 1er janvier.

Seulement depuis la décision, seuls les laboratoires des hôpitaux publics et des unités de prise en charge (UPEC) la mettent en application. A l’hôpital central de Yaoundé, 57 malades ont déjà bénéficié de cette nouvelle mesure, et à l’hôpital gynéco-obstétrique c’est pratiquement le même succès. Mais les laboratoires privés, ne l’entendent pas de cette oreille. Ou mieux, ne se sentent pas concernés. Avec l’aide du Fonds mondial, l’Etat prend en charge, en tous cas en ce qui concerne les laboratoires publics, les 18.000 Fcfa sur les 21.000 F du coût réel des examens.

Il est clair que si au départ de la politique de prise en charge des malades du sida, les structures privées n’ont pas été associées, il s’avère impératif, qu’elles y adhèrent. Pour bon nombre de laboratoires privés, les responsables ne voient pas l’avantage de cette nouvelle réduction des prix des examens biologiques. Pour le Dr Alain Detchoua, propriétaire d’un laboratoire dans la ville, les charges et les taxes des structures privées ne sont pas les mêmes que celles d’un hôpital public ou d’un centre subventionné : " Il est clair que nous tournerons à perte, si l’on n’a pas de compensation. Il nous faut un contre-poids sur la balance ", lance-t-il.

En attendant que les autorités trouvent une solution pour intégrer les laboratoires privés dans leur politique, seuls les édifices publics de santé, et les laboratoires privés intégrés dans les unités de prise en charge (UPEC), proposent les examens biologiques à 3000 F. Pour le Dr Thérèse Nkoa, chef de laboratoire à l’hôpital gynéco-obstétrique, il sera question pour son ministère de tutelle de trouver des formes de contrats avec les laboratoires privés, afin qu’ils y trouvent une certaine compensation. Avec l’élaboration du futur réseau de laboratoires, les privés pourront déjà compter sur une facilité d’accès aux réactifs et d’achats des équipements de qualité.

Marguerite Estelle ETOA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !