Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Le Chikungunya à nos portes. En un mois au Gabon, le virus a déjà touché 5 500 personnes. Le Cameroun prend ses dispositions - 15/05/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il n’y a pas encore lieu de paniquer, mais il faut tout de même rester sur ses gardes : le Chikungungya, cette maladie présente plutôt en Afrique de l’Est, voire dans les îles de l’Océan Est indien, vient d’être décelée juste à côté de nous au Gabon. C’est le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement gabonais qui l’a annoncé jeudi dernier à l’issue d’un conseil ministériel. Le lendemain, le gouvernement gabonais annonçait une série de mesures de prévention qui, si elles sont rigoureusement appliquées, pourraient circonscrire le mal. Mais nous n’en sommes pas encore là. Vigilance donc.

Dès l’annonce de cette mauvaise nouvelle, et compte tenu de l’important flux migratoire entre le Cameroun et le Gabon, notre pays a tout de suite donné l’alerte. Hier au ministère de la santé publique, les réunions succédaient aux réunions. M. Fru Angwafor III, le secrétaire général du ministère de la Santé publique, était au four et au moulin. Selon lui, notre pays a déjà pris d’importantes mesures de prévention : le système de surveillance épidémiologique a été renforcé, notamment au niveau des frontières terrestre, maritime et aérienne. Cependant, il n’y a pas lieu de créer une atmosphère de panique inutile, mais expliquer en quoi consiste la maladie, comment elle se manifeste, et surtout les mesures d’assainissement à engager pour l’éviter.

Selon les spécialistes rencontrés hier, le Chikungunya est assez proche du paludisme ; une simple piqûre du moustique porteur de cette maladie entraîne des douleurs atroces. La maladie se manifeste par une terrible fièvre, de violents maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et une fatigue générale de l’organisme, sans oublier des éruptions cutanées. Les malades les plus atteints éprouvent aussi des troubles digestifs pouvant provoquer des nausées, des vomissements, voire des diarrhées.

L’année dernière déjà, cette maladie endémique qui sévit surtout là où règne l’insalubrité (mares d’eau stagnantes, boîtes de conserves vides ou vieux pneus usés…) a touché la moitié de la population de l’île française de la Réunion, soit 300.000 personnes. En quelques semaines, on a dénombré 254 décès. Pour l’heure, aucun cas de chikungunya n’a encore été diagnostiqué à l’institut pasteur du Cameroun ; aucun décès dû à cette maladie non plus n’a été enregistré chez nos voisins gabonais. Mais cela n’explique rien, et surtout ne réduit pas la dangerosité de la maladie. D’où la nécessité et l’urgence de supprimer dans nos grandes agglomérations toute poche d’insalubrité, de désherber autour des maisons, et de traiter notre environnement avec insecticides, si possible.

NDZINGA AMOUGOU

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !