Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Médicament : Les antipaludéens toujours chers en pharmacie - 15/05/2007 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La baisse des prix annoncée par le ministère de la Santé n’est toujours pas effective. La convention signée le 3 mai dernier à Yaoundé, entre le ministère de la Santé publique et la Centrale nationale d'approvisionnement en médicaments et consommables médicaux essentiels (Cename), avec le secteur privé pharmaceutique n’est pas encore effective. Plus d’une semaine après cet accord, la baisse de prix annoncée n’est pas encore prise en compte dans les pharmacies d’officine de Yaoundé où les médicaments contre le paludisme y devaient être vendus entre 235 et 1000 Fcfa.

De la pharmacie française à la celle du Soleil, en passant par la pharmacie du Verset, les combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine (Act), ne sont même pas disponibles. On y retrouve plutôt les médicaments classiques comme le Coartem vendu à plus de 3000 Fcfa, selon les contenances. Joint par téléphone, la présidente du syndicat des pharmaciens d’officine, n’a pas souhaité s’étendre sur le sujet. Toutefois certains de ses confrères pensent que, en signant cette convention, le ministère de la Santé publique a mis la charrue avant les bœufs.

Au ministère de la Santé publique, l’on rassure pourtant sur la mise en application dans les plus brefs délais de la convention. Le temps pour le comité mis en place de recenser les grossistes qui seront habilités à passer les commandes de médicaments à la Cename. Car, selon les termes de la convention, avant d'être livrés dans les pharmacies ou dans les formations sanitaires, les médicaments seront acquis à la Cename uniquement par les grossistes distributeurs et les centrales d'achats confessionnelles. Selon un fonctionnaire qui a requis l’anonymat, la démarche permet d’éviter que les médicaments soient vendus dans des circuits informels. Déjà, lors de la signature de ladite convention, le ministre de la Santé publique, Urbain Olanguena Awono, a recommandé la célérité dans le traitement des différentes commandes.

Il a également demandé aux pharmaciens de rationaliser leurs acquisitions.
Par ailleurs, les habitants du Cameroun où le paludisme demeure l’endémie majeure se posent des questions sur la nouvelle, qui, il y a quelques jours les a enchanté. Surtout que, cette baisse de prix rendu possible grâce à une subvention du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, vient résoudre la question de l`approvisionnement des patients en médicaments contre le paludisme.
Avant que la présente décision ne soit étendue aux officines privées, elle était en vigueur depuis deux mois dans les pharmacies des hôpitaux publics où les patients déboursaient déjà moins de 1.000 Fcfa pour le traitement du paludisme.

Cathy Yogo

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !