Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Cet ordinateur qui consulte les patients - 11/06/2007 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des centres de médicine chinoise opèrent des " check-up " à 500FCfa et en quelques minutes. Les habitants de la ville de Yaoundé vivent depuis un an un étrange phénomène. Dans les quartiers, des centres de santé spécialisés en " médecine chinoise " tenus par des camerounais ouvrent leurs portes avec une certaine régularité. On peut en compter trois à quatre par quartier. Après des plaintes pour escroquerie qui ont secoué les tenanciers, on a assisté à la fermeture prématurée de ces centres en 2006.

Mais depuis quelques mois, l’activité renaît et devient plus incisive avec une innovation particulière. C’est un ordinateur qui détermine le diagnostic par conséquent qui consulte les patients. Pour les malades, c’est un grand avantage car, l’on n’a plus besoin de faire des examens supplémentaires. En un clic, le médecin [ils sont tous de nationalité camerounaise, Ndlr] sait de quoi l’on souffre et prescrit immédiatement un traitement. La consultation dure 5mn en moyenne. Au quartier Emana, le centre de santé " La référence " ne désemplit pas. Quatre mois à peine qu’il est opérationnel, près de 300 personnes se sont déjà faits consulter ici. Il y vient même des femmes enceintes et des femmes qui allaitent. Certains patients du troisième âge ne tarissent pas d’éloges sur cet appareil qui porte un nom chinois. Difficile à épeler et à retenir même pour le médecin chef.

Miracle

En tous cas, pour se faire consulter, rien de plus facile. A l’entrée, une jeune femme en blouse blanche, l’infirmière, accueille, enregistre et relève la pesée et la température des patients. Tout cela pour 500 Fcfa. Ici pas besoin de billet de cession. Le médecin reçoit sans protocole. Il suffit simplement d’attendre d’être appelé avant de découvrir ce que les promoteurs du centre de santé de Nsimeyong nomment " le miracle ".

Il s’agit en fait d’un ordinateur, comme celui utilisé pour l’examen d’échographie. Il est relié à un coussin de couleur noire posé sur une chaise. Le patient s’y installe et des données apparaissent sur l’ordinateur. "En fait, la machine émet des signaux que le médecin interprète. On complète le diagnostic en posant des questions au patient", explique le médecin chef du centre de santé "La référence" d’Emana.

Pourtant, au quartier Nsimeyong, les promoteurs déclarent dans leurs prospectus "Vous n’avez rien à dire à votre médecin. L’ordinateur vous détaille tout !". Un miracle en somme qui décèle avec une rapidité effrayante les cas de goutte, de douleurs articulaires, de fibromes, de stérilité, d’infections sexuellement transmissibles, de troubles gastriques, de maladies cardio-vasculaires. Même la typhoïde, l’impuissance sexuelle, la frigidité n’ont pas de secret pour " l’ordi ". La liste est longue. Les médicaments pour guérir de ces maux sont de marque chinoise, prescrits et vendus sur place. La facture prend du volume en fonction du type de maladie détectée et de son évolution. 11.000 voire 30.000 Fcfa.

Malgré les déclarations enfiévrées des promoteurs, certains patients doutent de la fiabilité de ces diagnostics à la carte. Olivier Eboa, 28 ans s’en souvient encore. Il y a quelques mois, conduit par un ami, il s’est prêté au jeu et la machine lui a diagnostiqué une chlamydia. Pour en avoir le cœur net, il s’est rendu au Centre Pasteur pour des examens approfondis. Surprise, le laborantin ne découvre aucune trace de chlamydia dans le prélèvement. Efficace ou pas efficace ? Conclure est un vrai casse-tête chinois.

G-Laurentine Assiga

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !