Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Antipaludéens : Des GIC vident les hôpitaux publics - 22/06/2007 - Mutations - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les médicaments subventionnés revendus dans ces centres et dans les circuits informels à des prix élevés. Il est désormais interdit aux pharmaciens de l'Hôpital Central de Yaoundé de vendre des médicaments à tout client sans présentation d'une ordonnance médicale dûment signée par un médecin. Le directeur de l'Hôpital Central de Yaoundé, Pr. Biwolé SIDA, a en effet pris cette décision le 22 mai 2007 après une enquête menée par ses services. "Nous avons constaté que les ruptures de stock survenaient avant les délais arrêtés. Plus particulièrement, les nouveaux antipaludéens ont été rapidement achetés. Pour un stock prévu pour durer trois mois, il n'a duré que deux semaines !", confie-t-il, une pointe de colère dans la voix.

Les ruptures de stock en question ont entraîné la modification du traitement pour les patients prêts à s'approvisionner dans les officines privées. D'autres, comme Véronique Gassia, ont choisi la pharmacopée traditionnelle pour trouver un soulagement. Redoutant un regain d'automédication chez les malades et les garde-malades, la direction de l'Hôpital Central associe les vigiles à l'enquête. A la mi-mai, ceux-ci arrêtent un individu avec des cartons entiers de kit des nouvelles combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine (Act), connu sous le nom générique de coartem [à ne pas confondre avec la marque Coartem du laboratoire Norvatis vendue en pharmacie à 3.800 Fcfa, Ndlr]. En remontant le fil, l'équipe constate que les "grands" acheteurs sont "des agents venant des Gic santé et qui revendent les kits à un prix plus élevé dans les quartiers". Les autres hôpitaux publics subissent la même saignée.

Convention

Dans la soirée de mardi 19 juin dernier, un vendeur ambulant du quartier Nsimeyong disposait d'un stock de Coartem pour adulte. Normalement vendu à 600 Fcfa dans les pharmacies hospitalières, il le proposait aux clients à 1.500 Fcfa le kit. Dans les Gic, les prix atteignent parfois 1.800 Fcfa voire 2.000 F pour ceux qui en disposent. Soit une augmentation de 120 voire 150%. Pour les clients, la proximité des Gic santé est un argument de leur motivation d'achat de médicaments dans ces structures. En effet, malgré la signature d'une convention, le 3 mai dernier à Yaoundé, entre le ministère de la Santé publique et la Centrale nationale d`approvisionnement en médicaments et consommables médicaux essentiels (Cename), avec le secteur privé pharmaceutique, stipulant la vente dans les pharmacies des Act aux prix pratiqués dans les hôpitaux, ces médicaments n'y sont toujours pas vendus.

Pourtant, Urbain Olanguena Awono, le ministre de la Santé publique, avait annoncé l'effectivité presqu'immédiate de l'accord en instruisant la "célérité " des commandes au niveau de la Cename. Certains pharmaciens avaient présenté la question des taxes et de la lenteur du processus de commande à la Cename comme un frein à cet accord. En attendant que la mayonnaise prenne, des mesures draconiennes sont prises dans les hôpitaux. L'on ne délivrera aux clients que la quantité équivalente à un traitement. Aussi bien pour les antipaludéens, subventionnés par le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, que pour les autres médicaments.

G-Laurentine Assiga

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !