Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Facultés de médecine : De nouvelles filières créées - 04/09/2007 - La nouvelle expression - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cette option a conduit à l’augmentation des effectifs dans les premières années dont les effectifs passent, dans l’ensemble des trois facultés de Buéa, Yaoundé I et Douala, de 165 à 465 places. Ce n’était plus qu’un secret de polichinelle. Le doyen de la faculté de médecine et des sciences biomédicales l’avait déjà annoncé le 2 août dernier. Le gouvernement a pris la décision d’augmenter l’offre en formation des personnels sanitaires avec notamment, la création, à la faculté des sciences biomédicales de l’université de Yaoundé I, de deux filières de formation dont une de pharmaciens et l’autre de chirurgiens dentistes. Le communiqué de presse du ministre de l’Enseignement supérieur qui confirme cette information indique une augmentation du nombre de places dont de la capacité d’accueil en première année, dès la rentrée prochaine dans les facultés de médecines des universités d’Etat. L’offre passe de 165 à 465 places.

Les modalités d’admission dans ces facultés restent les mêmes, à savoir la voie du concours. L’augmentation des effectifs accroîtra des besoins supplémentaires en infrastructures d’accueil. Mais Jacques Fame Ndongo rassure que 6 milliards F Cfa, des fonds issus de l’allègement de la dette auxquels le Minesup a été déclaré éligible vont aider à “ améliorer et à maximiser l’offre de formation des ressources humaines en matière de santé… ”

A l’université de Yaoundé I, les réformes nécessaires à cette nouvelle donne sont en cours depuis juillet. Pour une adaptation de ces réformes à la formation, un séminaire de révision des curricula de formation de la faculté de médecine a regroupé, du 24 au 27 juillet 2007, à Kribi, la communauté des enseignants et des représentants des étudiants de la faculté de médecine ainsi que des experts internationaux venus du Sénégal, de France, de l’Oms, de la Cidmef et de Suisse. Au cours des assises, les enseignants ont achevé la rédaction des programmes des nouvelles filières de pharmacie, médecine dentaire, sciences infirmières, biomédicales et médico-sanitaire et diplômes d’université.

Résistances

Ce volet des réformes vise à adapter la formation au contexte épidémiologique qui a radicalement changé depuis la création du Centre universitaire des sciences de la santé (Cuss) devenu faculté de médecine et des sciences biomédicales (Fmsb), il y a 38 ans.

Le sida, les résistances aux anciennes molécules thérapeutiques contre le paludisme, la tuberculose qui connaît une aggravation lorsqu’elle est consécutive à l’infection au VIH/sida. La communauté scientifique a inventé de nouvelles techniques de soins à travers des technologies nouveaux fruits des progrès scientifiques. Ces avancées appellent de nouvelles technologies et des méthodes d’enseignement innovantes. Le ministère de la Santé publique et celui de l’Enseignement supérieur souhaitent donc un arrimage à ce niveau de technologie et de méthodes d’où les réformes engagées au sein de la faculté de médecine.
Au cours de la rencontre avec les hommes de médias, le Pr. Tetanye Ekoe, doyen faculté de médecine de l’UYI, a énoncé les projets infrastructurels en cours au sein de son établissement. Un plan de réhabilitation des infrastructures existantes et d’extension de la faculté est prévu sous financement Ppte. Une enveloppe globale d’un milliard cinquante millions est prévue pour conduire ces réformes aux plans académique et infrastructurel. Des projets concernent l’extension des salles de cours et autres bibliothèques.

La faculté de médecine et des sciences biomédicales de Yaoundé I va, au terme de cet effort, se doter d’un nouveau bloc pédagogique comportant de nouveaux amphithéâtres, de nouvelles salles de cours et une bibliothèque moderne de 350 places assises. Une cafétéria dans un espace vert complètera le nouvel ensemble architectural et rendra la vie plus agréable aux étudiants, aux enseignants et au personnel d’appui.

Christophe Mvondo

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !