Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Infections rénales : Le Sida, ennemi des reins - 24/10/2007 - La nouvelle expression - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les infections, à l’instar du VIH/Sida, sont les premières causes de destruction des reins. C’est ce que révèle le 8è atelier de néphrologie en Afrique subsaharienne, qui s’est ouvert mercredi, à Douala. Lors de sa visite de prise de contact dans la capitale économique depuis mardi, le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, a ouvert les travaux de la société africaine de néphrologie qui prennent fin ce matin à l’hôtel Akwa palace. Les néphrologues venus des pays de l’Afrique sub-saharienne de France et du Canada, sont venus se joindre à leurs confrères camerounais, afin d’étaler au grand jour les causes de la recrudescence des maladies du rein. “De plus en plus, on voit des maladies rénales même sur les enfants de un à seize ans. Il y en a beaucoup qui font l’insuffisance rénale, je peux dire peux dire par ignorance… ”, indique le Dr Charlotte Tchemy, vice-présidente de la Société camerounaise de néphrologie (Socaneph).

Sur le plan national, le Dr François Kaze, néphrologue à l’hôpital général de Yaoundé, s’est prononcé sur la situation camerounaise. “Pour le moment, on n’a pas réalisé une étude sur le plan national. Néanmoins, nous avons les statistiques hospitalières et une étude que nous avons réalisée récemment à l’hôpital général de Yaoundé montrent que nous avons en moyenne 300 à 350 nouveaux cas de maladie rénale par an. Dans notre service, donc, c’est des statistiques hospitalières qui sous-estiment ce souci national, parce que la plupart des malades restent à l’arrière pays ”.

Selon le médecin, sur les trois cent cas, la majorité des malades arrivent à un stade assez avancé de la maladie. “On les reçoit généralement au stade avancé, voire terminal de la maladie ”. D’après les spécialistes, cette recrudescence est liée aux infections qui affectent le rein. Comme l’a expliqué le Dr Charlotte Tchemy, “nous avons choisi le thème ‘rein et infection’ parce que l’infection actuellement est l’un des premiers pourvoyeurs da la maladie rénale. Toutes les infections confondues, le Sida est l’une des premières causes, actuellement ”. A côté des infections, d’autres maladies, à l’instar de l’hypertension artérielle, le diabète ou encore le paludisme détruisent le rein.

Prise en charge

La difficulté se trouve au niveau de la prise en charge des victimes de l’insuffisance rénale. “L’Etat fait beaucoup d’effort, parce que les dialyses sont subventionnées dans les deux hôpitaux généraux. Donc c’est une bonne chose. Mais, il faudrait qu’on sache que la maladie rénale, encore une fois, ne va pas être une dialyse. La dialyse c’est quand il y a l’échec de la prise en charge de la maladie rénale”. Le traitement passe par des mesures d’hygiène diététique, “c’est-à-dire, une hygiène de vie saine et puis associer des médicaments, prescrits au cas par cas par le médecin”, soutient le Dr Kaze.

Autre difficulté, le Cameroun ne dispose que de six néphrologues pour prendre en charge les malades camerounais et les pays voisins. Un déficit qui fait que le spécialiste du rein est réduit à faire la dialyse qui traduit l’échec de la prise en charge. C’est d’ailleurs pour cette raison que les organisateurs veulent profiter de ces assises pour sensibiliser les populations sur les maladies du rein. “Nous voulons sensibiliser la population, les pouvoirs publics, l’Etat de voir la politique de l’insuffisance rénale au Cameroun”.

Historique

L’atelier de néphrologie en Afrique subsaharienne francophone est un forum scientifique biennal d’échanges et de réflexion qui regroupe tous les néphrologues des sous-régions Afrique centrale et occidentale francophone. Et des experts de la Société internationale de néphrologie (Isn). Il a été initié en 1994 par l’Isn qui assure également le parrainage. Le but de cet atelier est d’assurer la formation continue en néphrologie des personnels médical et médico-sanitaire d’Afrique subsaharienne francophone. Et en même temps d’améliorer la prise en charge des personnes souffrant des maladies du rein. La première édition s’est tenue à Yaoundé en 1994. C’est la troisième fois que le Cameroun organise ce forum, après les éditions de 1994 et 2001 à Yaoundé. L’atelier qui s’achève aujourd’hui se tient de manière alternative entre l’Afrique centrale et occidentale.

Florine NSEUMI Léa

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !