Santé tropicale au Cameroun - Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Cameroun > Revue de presse

Revue de presse

Maladie du sommeil : L’Afrique centrale en éveil - 30/10/2007 - Cameroon tribune - CamerounEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Depuis hier, les personnels de santé de la sous-région se recyclent pour améliorer le diagnostic et la prise en charge. La maladie du sommeil reste encore un problème de santé publique. En Afrique subsaharienne, 50 millions de cas sont notifiés et la sous-région Afrique centrale n’est pas épargnée. 45 000 cas sont déclarés chaque année dans cette zone. C’est donc pour améliorer les compétences des personnels de santé que l’Organisation de coordination pour la lutte contre les endémies en Afrique centrale (Oceac) organise depuis hier et ce jusqu’au 10 novembre une formation à l’hôtel Djeuga de Yaoundé. Un séminaire d’initiation, le premier du genre, des spécialistes du terrain des foyers d’endémie d’Afrique centrale aux techniques de diagnostic de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine et la cérémonie d’ouverture a été présidée hier par le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda. Une trentaine de personnels de santé issus des six pays de la zone Cemac vont développer leurs techniques en surveillance épidémiologique, traitement et suivi post thérapeutique, diagnostic clinique microscopique …

Au Cameroun, il existe actuellement six foyers : Campo, et Bipindi dans la province du Sud, Mamfé et Fontem dans la province du Sud-Ouest, Doumé dans la province de l’Est et tout récemment découvert, Mbandjock dans le Centre. Pour Vincent Bo’o Eyenga, coordonnateur national du Programme de lutte contre la trypanosomiase humaine africaine, la situation est plus ou moins sous contrôle. De 50 cas notifiés en 1998, on est passé pour cette année à cinq cas uniquement. Mais si jusqu’aujourd’hui, cette maladie fait de la résistance selon le coordonnateur, c’est qu’il se pose un problème de diagnostic. Les personnels de santé n’ont pas encore les outils adéquats sur le terrain. En outre, il se pose un problème de contamination transfrontalière. Pour le Dr Jean-Jacques Moka, secrétaire général de l’Oceac, la lutte se fait d’abord sur le plan national, puis une stratégie sous-régionale est établie.

Pour l’Oceac, il s’agira de parler le même langage au niveau du diagnostic et l’enrayement de la maladie dans la sous–région d’Afrique centrale. André Mama Fouda, quant à lui, a recommandé aux séminaristes d’être attentifs et consciencieux pendant la formation. « C’est en maîtrisant les techniques de surveillance que l’on pourra améliorer la prise en charge » a-t-il déclaré.

Marguerite Estelle ETOA

Lire l'article original

Plus d'articles Camerounais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

CamerounSanté tropicale au Cameroun
Le guide de la médecine et de la santé au Cameroun


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !